BIEN-ÊTRE

Les roulés à la cannelle danois contiennent... trop de cannelle pour l'Union Européenne

28/12/2013 10:37 EST | Actualisé 28/12/2013 10:37 EST
shutterstock
sweet cinnamon rolls

Mauvaise nouvelle pour les amateurs européens. La brioche traditionnelle danoise à la cannelle - kanelsnegle - devrait être interdite en Europe... parce qu'il y a trop de cannelle dans la recette. À l'origine de cette terrible menace, une loi adoptée en 2008 par Bruxelles, réglementant la quantité de cannelle autorisée dans les aliments. Une mesure qui aurait pu passer inaperçue, si le gouvernement du Danemark ne s'était pas récemment assuré de son application dans son propre pays.

Dans le viseur de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), la coumarine, une substance naturellement présente dans la cannelle dite de Chine. Cette variété de cannelle est communément utilisée en pâtisserie, et ne dispose pas des mêmes propriétés médicinales que sa cousine de Ceylan, plus noble et originaire du Sri Lanka.

L'UE a donc fixé en juillet 2008 une dose journalière à ne pas dépasser de 0,1 mg de coumarine/kg de poids corporel, une consommation trop importante pouvant être dangereuse pour le foie.

Or, une récente enquête menée par le ministère de l'Alimentation danois a révélé que plus de la moitié des viennoiseries locales dépassaient la quantité recommandée. Malgré leur grand succès et leur caractère saisonnier, les "cinnamon rolls" ne devraient bénéficier d'aucune exemption. Hardy Christensen, président de l'Association des boulangers danois, a déclaré que c'était "la fin de la brioche à la cannelle telle que nous la connaissons".

La Suède voisine a esquivé la réglementation européenne pour protéger ses propres spécialités nationales à la cannelle, appelées kanenbullar. Ces dernières ont été classées dans la catégories des "plats traditionnels et saisonniers", ce qui leur autorise un niveau de cannelle trois fois plus élevé que la limite fixée par Bruxelles.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


INOLTRE SU HUFFPOST

Les Français et le pain, selon l'Observatoire du pain