NOUVELLES

France : cible du gouvernement, l'humoriste controversé Dieudonné soutenu par le footballeur Anelka

28/12/2013 03:25 EST | Actualisé 27/02/2014 05:12 EST

L'humoriste controversé Dieudonné, cible du gouvernement français qui tente d'empêcher ses spectacles relevant selon lui d'une "mécanique de la haine", a reçu samedi le soutien du footballeur Nicolas Anelka sous la forme d'un geste en plein match dénoncé comme étant antisémite.

L'ancien attaquant de l'équipe de France a fêté son premier but du jour avec l'équipe du West Bromwich Albion en championnat d'Angleterre par ce signe, créé par Dieudonné et baptisé "quenelle", interprété par certains comme un salut antisémite, par d'autres comme un simple bras d'honneur contre le système.

Nicolas Anelka a expliqué sur son compte Twitter que son geste avait "juste" été une "dédicace à (son) ami humoriste Dieudonné".

De Bruxelles, le Congrès juif européen a réclamé aux responsables de la Ligue Un anglaise de football de suspendre Anelka, l'accusant d'avoir fait un "salut nazi", dans un communiqué diffusé samedi soir. Le président de cette organisation, Moshe Kantor, y juge que cette "quenelle" est un "salut nazi inversé" et "appelle à ce que Nicolas Anelka soit suspendu".

De même, la présidente de l'association française SOS Racisme, Cindy Léoni, a demandé aux dirigeants de West Bromwich Albion "une réaction claire à la suite de cette provocation antisémite".

Selon la ministre française des Sports Valérie Fourneyron, ce geste qui consiste à tenir un bras tendu vers le bas et l'autre croisé en travers de la poitrine est une "provocation choquante, écoeurante".

Nicolas Anelka a ainsi apporté sa contribution à la polémique, tandis que le ministre français de l'Intérieur, Manuel Valls, entend demander aux hauts représentants de l'Etat dans les régions d'"apprécier à l'occasion de chaque spectacle" de Dieudonné "si le risque de troubles est caractérisé et justifie d'interdire la représentation".

Dieudonné M'Bala M'Bala (son nom complet), rendu célèbre dans les années 1990 par ses sketches avec l'humoriste juif Elie Semoun, a suivi un parcours singulier, exprimant de plus en plus ouvertement des positions antisémites. Il s'est rapproché du parti d'extrême droite Front national, dont l'ancien dirigeant, Jean-Marie Le Pen, est le parrain de l'un de ses enfants.

Banni de la plupart des médias, il reste très populaire sur l'internet où certaines de ses vidéos, dans lesquelles il répond à ses détracteurs, ont été vues plus de deux millions de fois.

Manuel Valls estime que, "depuis longtemps, Dieudonné n'est plus un comique" et appelle à "casser" la "mécanique de haine" de l'humoriste et à "en finir avec l'impunité et la complaisance" auxquelles il "a eu droit".

Trouble à l'ordre public

Soutenant que Dieudonné est "antisémite et raciste", le ministre envisage même "un durcissement de la loi" et "espère" parvenir à une interdiction dès 2014.

Le risque de trouble à l'ordre public est un "motif totalement fallacieux", a répondu l'avocat de Dieudonné, Me Jacques Verdier. "Cela impliquerait qu'il y aurait des risques de manifestations préalables ou postérieures à ce spectacle, or depuis des années que Dieudonné organise ses spectacles, il n'y a jamais eu le moindre incident", a-t-il affirmé à l'AFP.

"Je serai surpris que la démarche du ministre aboutisse", a dit l'un des coprésidents du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap), Pierre Mairat.

Le haut représentant de l'Etat (préfet) dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur (sud-est), Michel Cadot, a annoncé samedi "procéder à un examen vigilant des conditions de tenue" du spectacle de Dieudonné, programmé le 2 février à Marseille. Le maire conservateur de la ville, Jean-Claude Gaudin, avait déjà demandé son annulation.

Dans la région de l'Aquitaine (sud-ouest), le préfet Michel Delpuech a annoncé travailler dans le même sens concernant un spectacle prévu pour le 26 janvier à Bordeaux.

Cependant, en février 2010, le Conseil d'Etat (juridiction administrative suprême) avait confirmé le droit de Dieudonné de se produire dans une commune de l'ouest malgré les tentatives de la mairie d'annuler son spectacle au motif qu'il risquait de donner lieu à des troubles.

L'enseigne de biens culturels et technologiques Fnac a indiqué samedi à l'AFP qu'elle veillait à ne pas faire la promotion des spectacles de Dieudonné mais continuait la vente des billets jusqu'à une éventuelle interdiction.

Samedi soir à Paris, quelque 200 personnes se sont rassemblées en soutien à l'humoriste devant le théâtre où il se produit.

Par la voix de ses avocats, Dieudonné a dénoncé une "censure". Il a été condamné sept fois par la justice française à des amendes pour diffamation, injures et provocation à la haine et à la discrimination raciale.

ao/pau/blb/gg/bds

PLUS:hp