NOUVELLES

Assad a fait parvenir un message au pape (Vatican)

28/12/2013 08:40 EST | Actualisé 27/02/2014 05:12 EST

Le président syrien Bachar al-Assad a fait parvenir samedi un message au pape François par l'intermédiaire d'une délégation syrienne reçue à Rome par le numéro 2 du Saint-Siège, Mgr Pietro Parolin, a-t-on appris auprès du Vatican.

"Ce matin, le secrétaire d'Etat du Saint-Siège, Monseigneur Pietro Parolin, et le secrétaire aux relations avec les Etats, Mgr Dominique Mamberti, ont reçu une délégation du gouvernement du gouvernement syrien", déclare un communiqué du Vatican.

"La délégation a apporté un message du président Assad pour le Saint-Père qui reflète la position du gouvernement syrien", indique le communiqué.

Interrogé par l'AFP sur le contenu de ce message, le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, a répondu qu'il ne serait pas donné plus de précision.

Dans son message de Noël "urbi et orbi", le pape François avait demandé mercredi à toutes les parties belligérantes de permettre à l'aide humanitaire d'arriver aux millions de victimes de la guerre en Syrie.

"Le conflit en Syrie en a trop brisé ces derniers temps, fomentant haine et vengeance. Continuons à prier le Seigneur, pour qu'il épargne au bien-aimé peuple syrien de nouvelles souffrances et que les parties en conflit mettent fin à toute violence et garantissent l'accès pour les aides humanitaires", avait lancé le pape depuis la loggia de la basilique Saint-Pierre.

Début décembre, le pontife avait déjà lancé un appel pour les douze soeurs orthodoxes emmenées par des hommes armés dans la localité de Maaloula, dans le nord de la Syrie, et pour "toutes les personnes enlevées en raison du conflit" dans ce pays.

François a appelé plusieurs fois à une solution pacifique en Syrie depuis son élection en mars.

Début septembre, il avait organisé une journée de prière pour la paix en Syrie à l'occasion de laquelle il s'était prononcé contre une intervention militaire envisagée par les Etats-Unis et la France après l'usage d'armes chimiques dans la banlieue de Damas, attribuée par les Occidentaux au régime de Bachar al-Assad.

lrb/plh

PLUS:hp