NOUVELLES

Washington a livré des missiles en Irak et s'apprête à fournir des drones

27/12/2013 06:58 EST | Actualisé 26/02/2014 05:12 EST

Des drones s'ajouteront aux dizaines de missiles que les États-Unis ont déjà fait parvenir à l'Irak afin de soutenir le pays dans ses frappes aériennes contre Al-Qaïda.

Deux responsables du renseignement et un officier militaire ont expliqué jeudi que 75 missiles air-sol Hellfire étaient arrivés en Irak le 19 décembre et que d'autres devraient suivre.

À l'heure actuelle, les missiles sont utilisés par quatre avions à propulsion irakiens King Air dans le cadre d'une opération d'envergure qui se déroule dans le désert occidental, près de la frontière avec la Syrie, ont indiqué ces mêmes sources.

Selon un responsable du renseignement, le recours aux missiles a été couronné de succès. Ils ont été utilisés pour détruire quatre camps de militants.

Les livraisons de missiles ont été confirmées par Jen Psaki, une porte-parole du département d'État américain, qui a également déclaré que Washington avait l'intention de fournir des drones ScanEagle à l'Irak.

Mme Psaki a déclaré que les États-Unis étaient déterminés à soutenir l'Irak dans son « combat contre le terrorisme ».

L'Irak est confronté à une reprise des violences perpétrées par des insurgés et alimenté par la guerre civile qui perdure en Syrie.

On soupçonne Al-Qaïda d'avoir tenté de tirer profit de la guerre syrienne pour rebâtir son organisation en Irak. Des combattants tenant de la ligne dure feraient la navette entre les deux pays.

Selon les estimations des Nations unies, plus de 8000 personnes ont été tuées depuis le début de l'année en Irak.

Les moudjahidines du peuple iranien bombardés

Également jeudi, des roquettes sont tombées sur un camp d'opposants iraniens près de Bagdad, tuant au moins trois personnes et en blessant grièvement plusieurs autres, a annoncé l'Organisation des moudjahidine du peuple (OMPI).

Une milice chiite, l'Armée du Mokhtar, a revendiqué cette attaque contre le camp d'OMPI, cible de tirs réguliers de mortiers et de roquettes ces derniers mois. Le chef de la milice, Wathiq al Batat, a dit avoir tiré 20 Katiouchas et des obus de mortier.

Les moudjahidines du peuple, fondés en 1980 pour renverser le régime des Mollahs issu de la Révolution islamique en Iran, ne sont plus les bienvenus en Irak depuis que l'invasion américaine a porté la majorité chiite au pouvoir.

Les opposants iraniens sont retranchés à l'intérieur de « Camp Liberty », une ancienne base de l'US Army à l'ouest de Bagdad.

Selon OMPI, « plusieurs dizaines de roquettes de plusieurs Types » ont frappé le camp. L'organisation a accusé dans un communiqué le premier ministre irakien Nouri al Maliki d'être derrière cette attaque, destinée, selon elle, à obtenir le soutien de l'Iran en vue des élections de l'an prochain.

Les autorités de Bagdad nient régulièrement toute implication dans ces violences.

PLUS:rc