NOUVELLES

Turquie: la justice empêche le gouvernement d'empiéter sur les enquêtes de police

27/12/2013 08:03 EST | Actualisé 26/02/2014 05:12 EST

Le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative turque, a bloqué vendredi un décret gouvernemental controversé obligeant la police à informer sa hiérarchie avant toute arrestation dans le pays secoué par une crise politico-financière majeure.

Une circulaire publiée dimanche obligeait les fonctionnaires de police à informer leurs supérieurs hiérarchiques avant de procéder à des perquisitions et des arrestations ordonnées par la justice. Cette mesure avait été vue comme un moyen pour le gouvernement islamo-conservateur, touché par une série d'enquêtes sur la corruption, d'avoir la haute main sur la police.

Le Conseil d'Etat a décidé de suspendre l'exécution de ce texte contesté par les juristes et l'opposition parlementaire car son application "pourrait provoquer des dégâts irréparables" dans le fonctionnement de l'Etat, a estimé l'institution, selon le site internet du journal Hürriyet.

Le Premier ministre islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan traverse la plus grave crise depuis que son Parti de la justice et du développement (AKP) est arrivé au pouvoir en 2002.

Pour répliquer à un vaste coup de filet anticorruption le 17 décembre qui a largement écorné son image et éclaboussé son entourage, M. Erdogan a lancé une purge sans précédent dans la police qu'il a accusée de ne pas l'avoir mis au courant d'une vaste enquête sur la corruption.

La circulaire en question a été publiée dans la foulée des épurations dans la sûreté nationale où plus d'une centaine de hauts responsables ont été limogés.

BA/via

PLUS:hp