NOUVELLES

Le Conseil de sécurité et Ban inquiets pour la stabilité du Liban

27/12/2013 02:53 EST | Actualisé 26/02/2014 05:12 EST

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et le Conseil de sécurité ont fait part vendredi de leur inquiétude quant à la stabilité du Liban après un attentat à Beyrouth dans lequel a été tué un ancien ministre.

M. Ban a condamné "dans les termes les plus forts" cette attaque de vendredi qui a coûté la vie à six personnes, dont l'ancien ministre des Finances Mohammad Chatah, proche conseiller de l'ex-Premier ministre libanais Saad Hariri et l'un des chefs de la coalition hostile au régime syrien de Bachar al-Assad.

"Le secrétaire général est profondément inquiet des actes récurrents de terrorisme au Liban, qui posent une véritable menace à la stabilité du pays et à la cohésion nationale", a souligné le porte-parole de M. Ban, Martin Nesirky.

M. Ban salue les efforts des autorités libanaises et des forces de l'ordre pour "protéger le pays de l'impact de la crise dans la Syrie voisine", et appelle toutes les parties à la retenue, a-t-il ajouté.

Le patron de l'ONU "réitère la détermination de la communauté internationale à défendre la sécurité et la stabilité du Liban", alors que le conflit persistant en Syrie continue de menacer de plus en plus les pays voisins.

M. Ban a par ailleurs rendu hommage à M. Chatah, "une voix prônant inlassablement la tolérance, la diversité et la modération" et dont la mort "constitue une terrible perte pour le Liban".

Les quinze pays membres du Conseil de sécurité se sont entendus sur une déclaration qui "condamne sans équivoque toute tentative de déstabilisation du Liban par le biais d'assassinats politiques" et "exige l'arrêt immédiat de la violence et de l'intimidation contre des responsables politiques".

Comme il l'a fait à plusieurs reprises par le passé, le Conseil a appelé les Libanais "à préserver leur unité nationale face aux tentatives de déstabilisation du pays" et a insisté sur l'importance pour tous les Libanais de "respecter l'unité du pays et la non-implication du pays dans la crise syrienne".

La coalition libanaise hostile au régime syrien a mis en cause le pouvoir à Damas et son allié, le Hezbollah chiite, dans l'attentat de vendredi.

tw/sam/rap/gde

PLUS:hp