NOUVELLES

Turquie: Erdogan toujours fragilisé malgré un remaniement ministériel

26/12/2013 09:09 EST | Actualisé 25/02/2014 05:12 EST

Malgré le vaste remaniement annoncé mercredi, le scandale de corruption qui ébranle Recep Tayyip Erdogan ne semblait pas retomber et pourrait même s'étendre à la famille du Premier ministre islamo-conservateur, dont la position n'a jamais paru aussi fragile.

Plusieurs journaux mettaient l'accent jeudi sur le risque de voir s'envenimer la querelle entre le Premier ministre et son ancien allier devenu son pire ennemi, l'influent prédicateur Fethullah Gülen, exilé aux Etats-Unis, à la tête d'une puissante confrérie. En outre, l'enquête sur le scandale de corruption se rapproche du premier cercle de M Erdogan.

Selon le journal Milliyet, le Premier ministre a confié que les procureurs instruisant la vaste enquête sur les fraudes, trafic d'influence et malversations envisageaient de remonter jusqu'à ses propres fils, à la tête de grandes entreprises, et de là jusqu'à lui-même. "La cible principale de cette opération c'est moi", a-t-il dit.

Le quotidien d'opposition Cumhurriyet prédisait un "séime" au sommet de l'Etat alors que les enquêteurs se penchaient sur le rôle d'une ONG, associée au nom de son premier fils Bilal, qui serait impliquée dans le scandale de corruption.

Tard mercredi, M. Erdogan avait annoncé le remplacement de près de la moitié de son gouvernement après la démission de trois ministres (Intérieur, Environnement, Economie) mis en cause dans ce scandale politico-financier.

Le 24 décembre, selon la presse, le procureur en chef d'Istanbul a ordonné la mise en détention d'une trentaine de personnalités proches du régime dans le cadre d'une nouvelle affaire de corruption. Mais les autorités de police ont refusé de procéder à de nouvelles arrestations et le procureur n'a pu que décider d'engager des poursuites contre eux, signe de l'épreuve de force entre M. Erdogan et la classe politico-judiciaire.

Plusieurs des nouveaux ministres se sont retrouvés pour la première fois autour d'une table jeudi sous la conduite du chef de l'Etat Abdullah Gul, à l'occasion d'une réunion à huis clos du Conseil de sécurité nationale (MGK) qui établit les grandes lignes de la politique nationale et internationale de la Turquie.

Parmi eux, celui de l'Intérieur, Efkan Ala, un proche conseiller d'Erdogan, qui selon l'opposition doit compléter la vaste restructuration du commandement de la police visant à le rapprocher du gouvernement.

Erdogan "a formé un gouvernement qui ne lui manifestera aucune opposition", a estimé Kemal Kiliçdaroglu, chef de file du camp laïc au Parlement (CHP, parti républicain du peuple). Il ne doute pas que le Premier ministre est désormais fragilisé par ce scandale déclenché le 17 décembre par l'arrestation de ses proches.

"Le Premier ministre a formé un cabinet presque tout neuf et retroussé ses manches pour affronter l'un des plus grands défis de sa carrière", estimait jeudi Abdulkadir Selvi, chroniqueur au journal pro-gouvernemental Yeni Safak.

Les observateurs font le lien entre les remous actuels et l'affrontement entre M Erdogan et Fethullah Gülen.

La guerre fratricide s'envenime

Selon les experts, la guerre fratricide entre islamistes ne peut désormais que s'envenimer après la décision en novembre du gouvernement de fermer les "dershane", ces boîtes à bac principales manne financière de la confrérie Gûlen.

"Il n'y aura pas de trêve. Au contraire, cette guerre deviendra de plus en plus violente pour virer à un combat de survie pour chacune des parties", souligne Rusen Cakir, éditorialiste libéral spécialiste du Parti de la justice et du développement (AKP) de M. Erdogan et de la congrégation Gülen.

Mercredi soir, des manifestations appelant à la démission du gouvernement ont eu lieu dans plusieurs villes. A Istanbul, près de 5.000 protestataires ont été dispersés par la police après des incidents dans le quartier de Kadikoy, sur la rive asiatique d'Istanbul.

Les manifestants ont scandé des slogans hostiles à Erdogan, exhumant ceux utilisés lors de la vague de contestation sans précédent qui a secoué le pays en juin.

Des appels à manifester ont été lancés pour vendredi à Istanbul et Ankara.

De l'avis général, l'enquête anticorruption en cours et ses ramifications politiques pourraient effriter le soutien populaire dont jouit l'AKP, sans pour autant le menacer dans l'immédiat, à l'approche d'une année électorale avec des municipales test en mars et une présidentielle en été.

Les turbulences politiques ont continué à affecter jeudi la confiance des marchés. La devise nationale a poursuivi sa chute à 2,098 livres pour un dollar, contre 2,074 la veille, tandis que le principal indice de la Bourse d'Istanbul a reculé de 1%, après une chute de 4,2% la veille.

BA/ros

PLUS:hp