NOUVELLES

Yasser Arafat n'a pas été empoisonné, selon des experts russes

26/12/2013 11:45 EST | Actualisé 25/02/2014 05:12 EST
AP
FILE - In this Saturday, Oct. 2, 2004 file photo, Palestinian leader Yasser Arafat pauses during an emergency cabinet session, at his compound, in the West Bank town of Ramallah. The widow of Yasser Arafat on Tuesday July 31, 2012 formally asked for a French investigation into his death, bringing a complaint of assassination weeks after raising new suspicions that the former Palestinian leader was poisoned before his 2004 death in a French military hospital. Earlier this month, Palestinian authorities gave final approval for Arafat's body to be exhumed. (AP Photo/Muhammed Muheisen, File)

Des spécialistes russes n'ont pas trouvé de trace d'empoisonnement au polonium dans le cadre de leur enquête sur les circonstances de la mort de l'ancien leader palestinien Yasser Arafat.

L'organisation gouvernementale qui a réalisé les expertises, l'Agence fédérale d'analyses biologiques, n'a pas l'intention de réaliser d'autres tests, a confirmé son directeur, Vladimir Ouïba.

Selon ce dernier, cité par des agences de presse russes, Yasser Arafat est mort de façon naturelle et non à la suite d'une irradiation.

Des équipes de scientifiques de la France, de la Suisse et de la Russie ont été chargées de déterminer si le polonium 210, un isotope radioactif mortel, aurait pu jouer un rôle dans la mort de Yasser Arafat.

Les Palestiniens soupçonnent depuis longtemps les Israéliens d'avoir empoisonné leur ancien leader, ce que ces derniers nient.

En 2012, l'Institut de radiophysique de la Suisse a découvert des traces de polonium 210 sur certains objets ayant appartenu à M. Arafat. Des échantillons du sol et des os de l'ex-leader avaient ensuite été prélevés de sa tombe, en Cisjordanie.

Les résultats de l'équipe suisse ont appuyé la théorie de l'empoisonnement, mais pas ceux de l'équipe française.

Yasser Arafat est mort dans un hôpital français en 2004, mais la cause exacte de son décès n'a jamais été élucidée. Un mois avant sa mort, il était tombé malade dans son quartier général assiégé par les forces israéliennes, en Cisjordanie.