NOUVELLES

Chine: limogeage d'un vice-ministre de la Sécurité publique (média officiel)

25/12/2013 06:29 EST | Actualisé 24/02/2014 05:12 EST

Un vice-ministre chinois de la Sécurité publique, contre lequel les autorités avaient annoncé avoir ouvert une enquête pour corruption, a été limogé de ses différents postes, a indiqué mercredi un média d'Etat.

La commission centrale de contrôle de la discipline du Parti communiste chinois (PCC) avait déclaré en fin de semaine dernière que Li Dongsheng faisait l'objet d'une enquête pour "violations sévères de la discipline et de la loi", une formule caractérisant habituellement des faits de corruption.

En conséquence, Li a été "limogé de ses différentes responsabilités", a annoncé mercredi l'agence officielle Chine nouvelle, se référant à une circulaire officielle du PCC.

Li, l'un des neuf responsables ayant le rang de vice-ministre au ministère de la Sécurité publique, était également secrétaire adjoint du comité du Parti au sein du ministère et numéro deux d'une structure chargée notamment de la supervision des cultes.

"Les autorités traitent cette affaire conformément à la procédure", a commenté Chine nouvelle dans une brève dépêche.

La commission centrale de contrôle de la discipline, gendarme du Parti, peut choisir de transmettre ou non les affaires visant ses cadres à la justice pénale.

Le ministère de la Sécurité publique, dont dépend la police, est considéré comme l'un des plus importants du pays, ayant la responsabilité de maintenir l'ordre dans ce pays où le Parti unique ne tolère aucune remise en question de son pouvoir.

Li Dongsheng est le dernier des cadres tombés dans la vaste campagne anti-corruption initiée par le président chinois Xi Jinping, à la tête du parti depuis novembre 2012, qui a affiché son intention de s'en prendre "aux mouches comme aux tigres".

Jusqu'à présent, une douzaine de responsables ayant un rang égal ou supérieur à celui de vice-ministre ont été la cible d'une enquête.

La semaine dernière, le New York Times a par ailleurs rapporté que Xi avait donné son feu vert à une enquête visant Zhou Yongkang, l'une des figures les plus puissantes de la vie politique chinoise de la dernière décennie.

Zhou a été jusqu'en 2012 membre du Comité permanent du Politburo du PC chinois, structure comprenant sept membres et qui détient le pouvoir décisionnel en Chine.

jug/fw

PLUS:hp