NOUVELLES

Soudan du Sud: 45.000 civils réfugiés dans des bases onusiennes

24/12/2013 03:30 EST | Actualisé 22/02/2014 05:12 EST

Au moins 45.000 civils sud-soudanais sont réfugiés dans des bases onusiennes, a indiqué l'ONU mardi, alors que les combats entre les forces gouvernementales et les rebelles de l'ex-vice président Riek Machar touchent désormais la moitié des 10 Etats du jeune pays.

Au moins 20.000 personnes ont trouvé refuge dans deux bases de la capitale Juba, 17.000 autres dans une autre à Bor, la capitale de l'Etat chroniquement instable de Jonglei, et encore 7.000 dans celle de Bentiu, capitale de l'Etat d'Unité, riche en pétrole. Bor et Bentiu sont toutes deux aux mains des rebelles.

"Le nombre des personnes déplacées par la crise actuelle au Soudan du Sud est estimé à 81.000", a poursuivi le bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) dans un rapport. Ocha, qui craint que le chiffre ne soit en réalité bien plus élevé, évoque aussi des combats dans les Etats du Haut-Nil, d'Equateur oriental et également d'Equateur central, où se trouve Juba.

Des centaines de milliers d'autres personnes ont très probablement fui dans la brousse, faisant craindre une catastrophe humanitaire.

Officiellement les combats qui frappent depuis un peu plus d'une semaine le Soudan du Sud ont fait 500 morts. Mais là encore, ce bilan est certainement largement sous-estimé, jugent des travailleurs humanitaires.

"Il y des informations crédibles d'exactions commises contre des civils dans différentes parties du pays, notamment des meurtres", a ajouté l'ONU.

A Bor, située à 200 km au nord de Juba, la situation est particulièrement sensible : l'armée affirme préparer une offensive pour reprendre la ville aux rebelles.

"A Bor, la situation des 17.000 personnes réfugiées dans la base est problématique, le manque de nourriture et d'abris devient aigu", a encore poursuivi Ocha, faisant état de "pillages de masse de complexes humanitaires et de maisons de civils" dans la ville.

"La situation dans le Jonglei se détériore, il y a des informations d'affrontements entre différents groupes armés au sud de Bor (...) la base (de l'ONU) est renforcée avec des barrières, notamment la zone abritant les civils déplacés", a ajouté Ocha.

Le Soudan du Sud est en proie à d'intenses combats depuis que le président Salva Kiir a accusé son ancien vice-président, limogé en juillet, de tentative de coup d'Etat il y a un peu plus d'une semaine. Riek Machar dément, accusant Salva Kiir de vouloir éliminer ses rivaux. .

bur-pjm-aud/de

PLUS:hp