NOUVELLES

Libye: un mort et un blessé dans de nouvelles attaques à Benghazi

24/12/2013 07:56 EST | Actualisé 23/02/2014 05:12 EST

Un soldat libyen a été abattu et un civil blessé dans l'explosion d'un engin placé sous sa voiture dans de nouvelles attaques mardi à Benghazi, dans l'est du pays, ont indiqué à l'AFP des sources de sécurité et hospitalière.

"Un soldat de l'armée libyenne a été tué et un civil a été grièvement blessé", a déclaré une source de sécurité sous couvert de l'anonymat.

"Le centre hospitalier de Benghazi a admis mardi la dépouille du soldat Slah al-Marghani de l'unité des forces spéciales Saiqa, tué de cinq balles par des inconnus", a indiqué le porte-parole du centre hospitalier Khalil Goueidar.

Plus tard, un jeune de 23 ans a été grièvement blessé dans l'explosion d'un engin placé sous son véhicule dans le centre-ville.

La victime, Khaled al-Aouami, est le fils du colonel de la marine Rafaa al-Aouami qui avait reçu dernièrement des menaces, a indiqué une source de sécurité qui a précisé que le père se trouve actuellement en stage en Russie.

Le blessé a été admis à l'hôpital al-Jala, selon la porte-parole de cet établissement sanitaire Fadia al-Barghouthi qui précise qu'il est grièvement blessé et a subi une amputation d'un pied.

Des experts en explosif ont réussi à désamorcer l'engin, a indiqué une source de sécurité.

A Ajdabiya (160 km sud de Benghazi) théâtre récemment de heurts tribaux meurtriers, des artificiers ont désamorcer une engin explosif placée sous le véhicule d'une femme qui était proche de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi, selon une source locale.

A Benghazi, un sous officier de Saiqa a été blessé lundi après que des inconnus ont tiré une rafale de balles sur lui, a indiqué un responsable de cette unité des forces spéciales.

La victime qui officiait comme imam dans une caserne, a été hospitalisé, a indiqué une source de l'hôpital al-Jala, ajoutant que son état était stationnaire.

Ces attaques coïncident avec la commémoration du 62eme anniversaire de l'indépendance de la Libye dont les festivités ont été reportées par le gouvernement en raison du deuil décrété suite à l'attaque dimanche d'un poste de sécurité à 50 km à l'est de Benghazi ayant fait 13 morts et plus de 20 blessés.

Après la révolution qui a renversé le régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la région orientale de la Libye, et en particulier Benghazi, a plongé dans une spirale de violence.

Les assassinats visant des militaires, des policiers, des juges, des notables et responsables de médias à Benghazi et à Derna, ville proche, ont fait plus de 300 morts, sans que les autorités ne parviennent à arrêter leurs auteurs.

bra/yba/hj

PLUS:hp