NOUVELLES

La Chine sur le point d'abolir formellement les camps de rééducation

24/12/2013 05:49 EST | Actualisé 23/02/2014 05:12 EST

La plus haute instance législative chinoise doit formaliser cette semaine des réformes destinées à abolir les camps de rééducation par le travail et assouplir la politique de contrôle des naissances, selon des médias d'Etat.

Annoncées en novembre après une réunion en conclave du Parti communiste chinois (PCC), ces importantes réformes sociétales seront examinées cette semaine par le comité permanent de l'Assemblée nationale populaire (ANP), la chambre d'enregistrement législative des décisions du Parti unique.

A l'issue d'une réunion de six jours débutée lundi, "le comité permanent de l'ANP votera dès samedi sur la proposition qui, si elle est adoptée, marquera la fin du système de rééducation par le travail après un demi-siècle d'existence", a rapporté le China Daily.

Apparus en 1957, les camps de rééducation par le travail permettent de détenir des personnes sur simple décision de police, et ce jusqu'à quatre ans. Objet de multiples abus, ils sont notamment utilisé par les autorités locales contre les contestataires, les internautes dénonçant la corruption ou les "pétitionnaires" demandant réparation d'un préjudice.

Ces camps sont devenus "superflus" à mesure que s'est développé le système judiciaire du pays, a indiqué de son côté l'agence officielle Chine nouvelle, se référant à un texte émanant du gouvernement.

"La mission historique du +laojiao+ (système des camps de rééducation par le travail) a été accomplie", a assuré Chine nouvelle.

Le comité permanent de l'ANP se penchera également cette semaine sur un assouplissement de la politique de l'enfant unique, adoptée il y a trois décennies pour freiner l'accroissement démographique dans le pays le plus peuplé du monde.

Le PCC avait annoncé en novembre que les couples dont un membre est enfant unique seront autorisés à avoir deux enfants.

Actuellement, la loi chinoise interdit aux couples d'avoir plus d'un seul enfant. Des exceptions existaient toutefois jusqu'à présent pour les couples dont les deux membres sont enfants uniques, ainsi que pour les minorités ethniques ou les couples ruraux dont le premier enfant était une fille.

La nouvelle politique démographique de Pékin devrait entrer en vigueur dans certains provinces au premier trimestre 2014, a assuré Yang Wenzhuang, responsable de la Commission nationale de la santé et du planning familial, cité par Chine nouvelle.

Les officiels sont encore en train de calculer le nombre de couples concernés, avant que de nouvelles règles ne soient approuvés par les autorités provinciales, a-t-il ajouté.

Cette modification des règles du planning familial est destinée à enrayer le vieillissement de la population chinoise, tout en remédiant au net déséquilibre des sexes : le ratio est désormais de 115 naissances de garçons pour 100 filles, selon Chine nouvelle.

Quant au taux de fécondité, il s'établit actuellement à 1,5 enfant par femme -- très en-deçà du seuil de 2,1 enfants supposé garantir le renouvellement des générations.

Cependant, "l'assouplissement de la politique de l'enfant unique ne signifie en aucun cas un abandon du planning familial. Bien plutôt, il s'agit d'une mesure de planification familiale", a averti lors des discussions du comité permanent de l'ANP un des parlementaires membres, Chi Wanchun, a rapporté Chine nouvelle.

cdh-jug/rod

PLUS:hp