DIVERTISSEMENT

Décès de Frédéric Back : les témoignages se succèdent

24/12/2013 05:16 EST | Actualisé 23/02/2014 05:12 EST
PC

Les témoignages se succèdent depuis l'annonce de la mort de l'illustrateur et cinéaste Frédéric Back.

L'un des premiers à réagir est le réalisateur Phil Comeau qui l'a longuement fréquenté. Phil Comeau a d'ailleurs réalisé un documentaire sur la vie du défunt, intitulé Frédéric Back, grandeur nature.

M. Comeau a déclaré sur les ondes de RDI que Frédéric Back était son « père spirituel » qui a « changé [sa] vie ». Il a ajouté qu'il lui a appris « beaucoup de choses sur l'environnement, la beauté de la planète et comment la conserver ».

« J'étais très chanceux de le connaître intimement et d'avoir passé plusieurs années à filmer avec lui », a indiqué M. Comeau.

Il décrit Frédéric Back comme « un homme d'une extrême générosité ».

M. Comeau a raconté que quand M. Back parlait d'environnement dans les années 1970 « tout le monde riait de lui ».

Pour le réalisateur, M. Back a marqué une génération par « son amour de l'environnement ». Il a précisé que le défunt faisait partie d'un grand nombre d'associations de défense de l'environnement.

Hubert Tison, ancien directeur du service d'animation de Radio-Canada et ami personnel de M. Back, raconte qu'il a partagé avec l'auteur de L'homme qui plantait les arbres plus de 30 ans de projets.

Pour M. Tison, Frédéric Back s'est imposé avec ses films et figure parmi les maîtres du film d'animation.

« C'est un morceau de moi qui est parti », a-t-il déclaré.

M. Tison a indiqué que le réalisateur parlait de films jusqu'aux derniers jours de sa vie.

« C'est la perte de quelqu'un de fantastique », a déclaré Louis Pelletier, ami et conservateur de la collection Loto-Québec, après l'annonce de la disparition de Frédéric Back.

M. Pelletier raconte que Frédéric Back pensait que ses dessins étaient au service de son cinéma. Or, pour M. Pelletier, Frédéric Back était d'abord et avant tout un artiste en arts visuels. Le conservateur de la Collection Loto-Québec a d'ailleurs monté une exposition sur l'œuvre de M. Back en ayant cette pensée à l'esprit.

M. Pelletier décrit le défunt comme quelqu'un de généreux dans la communication avec les autres. Il dit qu'il se distinguait aussi par son intensité dans le travail.

M. Pelletier souhaite faire d'une œuvre de jeunesse de Frédéric Back un événement. Il s'agit d'un cahier de dessins intitulé Le Foudroyant, dans lequel le réalisateur oscarisé faisait le récit de son voyage au Canada après la fin de la Deuxième Guerre mondiale et sa rencontre avec la femme de sa vie.

Pierre Lambert, un spécialiste français des films d'animation, estime pour sa part que Frédéric Back est « le plus grand cinéaste d'animation [...] le plus complet, le plus intemporel ».

« Un grand humaniste »

Le maire de Montréal Denis Coderre a souligné dans un communiqué la grande carrière du réalisateur.

« Nous avons perdu un citoyen du monde dont Montréal a été le tremplin. Il lègue un héritage riche en enseignement, en culture et en environnement, aux générations futures. Avec son œuvre éternelle, il a su évoquer avec justesse et émotion l'âme de la société qui l'a accueilli », a-t-il écrit.

« J'invite les Montréalais à prendre la mesure de la contribution de ce grand homme en admirant la magnifique verrière de notre station de métro Place-des-Arts, dont il est le créateur », a conclu le maire de Montréal.

De son côté, le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, a écrit sur son compte Twitter : « Un grand artiste nous a quittés aujourd'hui. L'imaginaire de Frédéric Back restera à jamais gravé dans notre mémoire ».

« Nous avons perdu un grand humaniste et écologiste. Merci pour tout », a pour sa part écrit le cofondateur d'Équiterre Steven Guilbault, également sur Twitter.

INOLTRE SU HUFFPOST

Ils sont décédés en 2013