DIVERTISSEMENT
20/12/2013 09:25 EST | Actualisé 20/12/2013 09:29 EST

«Geronimo Stilton dans le Royaume de la Fantaisie» : purement merveilleux


La souris Geronimo Stilton n’a pas froid aux yeux, et elle est toujours prête à secourir ceux qui sont dans le besoin. Dans le spectacle Geronimo Stilton dans le Royaume de la Fantaisie, le célèbre personnage doit délivrer la reine des fées et traverse pour ce faire sept mondes peuplés de bien drôles de créatures : des sorcières, des sirènes, un dragon, des lutins (très à la mode par les temps qui courent), des gnomes, un géant et des fées. Une aventure fantastique qui comblera les familles de sa magie pure.

Après avoir ravi les publics de Montréal et Québec l’an dernier, la comédie musicale adaptée d’un des romans les plus populaires de la série littéraire jeunesse Geronimo Stilton, dont les bouquins se sont écoulés à 85 millions d’exemplaires (1,4 million vendus au Québec seulement) et ont été traduits en 36 langues dans 150 pays, est de retour au Monument-National pour un nouveau tour de piste, en français et en anglais, pour tout le temps des Fêtes. Mise en scène par Serge Postigo, la création met en vedette Éloi ArchamBaudoin dans le rôle-titre, ainsi qu’Albane Chateau, Christian Grenier, Josée Lacombe, Anne-Marie Levasseur, Dominic Lorange et David Laurin sous les différents masques.

Splendide, la pièce ne souffre d’aucune lacune sur le plan visuel. Les décors, magnifiques, se transforment au gré des tableaux et sont appuyés de jolies projections, toujours attrayantes. Comme élément récurrent, des pointes de fromage troué, soudées au début en un podium, et qui s’écartent et se répartissent dans l’espace selon les besoins, sur lesquelles s’éclatent Geronimo et ses amis. Rien à redire non plus au niveau des costumes, des masques et des maquillages, tous choisis, conçus et exécutés avec grand soin. Chaque segment du spectacle distille sa dose d’émerveillement, de couleurs et de féérie. N’en doutez pas, on a ici affaire à une production de très grande qualité, jamais moralisatrice, qui n’a de surcroît rien d’infantilisant, même si elle vise une jeune assistance.

Des musiques qui plaisent

Mais l’aspect le plus charmant de Geronimo Stilton dans le Royaume de la Fantaisie demeure sa sélection musicale. Les chansons, dont Olivier Boyer-Masutti signe la musique et Serge Postigo, les paroles, empruntent à tous les styles, ce qui aura l’heur de plaire aux bambins, mais aussi aux adultes. Ceux-ci n’auront ainsi pas l’impression d’écouter sans cesse les mêmes comptines et ritournelles enfantines. Ici, un air ressemble à s’y méprendre à du Lady Gaga; là, on esquisse un clin d’œil senti à «tous les palmiers, tous les bananiers» de Beau Dommage; là encore, on déclame des vers de hip-hop, avec des phrases adaptées à l’histoire, positives, que les gamins se plairont à fredonner. Sans contredit l’une des belles réussites de Serge Postigo et toute son équipe. Un album, intitulé Le Grand Spectacle Geronimo Stilton dans le Royaume de la Fantaisie, est d’ailleurs disponible en magasin, et a remporté en octobre le Félix de l’Album jeunesse de l’année.

On avait l’impression, lors de la première médiatique, mercredi, que Geronimo Stilton dans le Royaume de la Fantaisie s’adressait surtout aux enfants plus âgés; après tout, les livres sont cotés huit ans et plus. Mais les plus petits spectateurs interrogés à l’entracte débordaient d’enthousiasme, tout comme leurs parents. Bien qu’il soit long – presque deux heures - le récit en met tellement plein la vue et les oreilles que même les esprits rébarbatifs se laisseront convaincre. Les adeptes de fictions terre-à-terre et sceptiques devant les contes merveilleux pourraient s’y ennuyer, mais seraient rapidement forcés d’admettre toutes les belles trouvailles qui façonnent le périple de l’attachant Geronimo.

Geronimo Stilton dans le Royaume de la Fantaisie est présenté au Monument-National, à Montréal, jusqu’au 30 décembre. Certaines représentations sont en français, et d’autres, en anglais. Pour informations, cliquez ici.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les classiques de Ciné-Cadeau