NOUVELLES
19/12/2013 03:04 EST | Actualisé 18/02/2014 05:12 EST

Le juge rejette la demande de Pamela Porter, elle devra attendre son procès au Québec

Radio-Canada

Le juge Réjean Paul de la Cour supérieure du Québec a rejeté la requête de Pamela Porter, qui voulait aller vivre avec sa fille, en Floride, en attendant la tenue de son procès pour complot et recyclage de produits de la criminalité.

L'épouse de l'ancien directeur du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) Arthur Porter demandait au magistrat de revoir ses conditions de libération d'ici l'ouverture de son enquête préliminaire, prévue en mars 2015, à Montréal.

Elle a plaidé qu'elle n'avait ni famille ni proche au Canada, mais en vain. 

Pamela Porter a été extradée du Panama vers Montréal en juin dernier. Elle a recouvré sa liberté en août, après avoir versé une caution de 250 000 $ et remis son passeport à la justice.

On lui a interdit de quitter le Québec et elle a l'obligation de se présenter à la police deux fois par semaine. Il lui est aussi interdit de contacter son mari, sauf en présence de leurs avocats respectifs.

Arthur Porter est accusé d'avoir accepté des millions de dollars en pots-de-vin d'ex-dirigeants de SNC-Lavalin en échange de contrats pour la construction du Centre universitaire de santé McGill.

Les policiers soupçonnent Pamela Porter d'avoir aidé son mari à blanchir de l'argent cet argent. Les faits qui lui sont reprochés se seraient produits entre juillet 2009 et décembre 2010.

Arthur Porter demeure pour sa part détenu au Panama, où il attend le résultat de procédures de contestation de son extradition au Canada.

Activement recherché au Canada, le couple Porter a été arrêté par la police panaméenne le 26 mai dernier, alors qu'il tentait de gagner Trinité-et-Tobago.

Arthur Porter a démissionné de son poste de directeur du CUSM à la fin 2011. Quelques semaines plus tôt, il avait abandonné ses fonctions de président du Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité du Canada, un organisme indépendant qui surveille de l'extérieur les opérations du Service canadien du renseignement de sécurité.

Il avait alors pris la direction des Bahamas, où il dirigeait une clinique d'oncologie. C'est là qu'il se trouvait lorsque des accusations ont été déposées contre lui en février dernier. Il affirmait alors être atteint d'un cancer avancé de phase 4, et trop malade pour se déplacer.

M. Porter a néanmoins été arrêté à son arrivée au Panama quelques semaines plus tard. Il a alors présenté aux policiers un passeport diplomatique émis par la Sierra Leone, son pays natal.

Arthur Porter demeure détenu détenu au Panama en attendant le dénouement des procédures d'extradition. Il a toujours nié toutes les allégations le visant.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le chantier des urgences du CUSM