NOUVELLES
19/12/2013 10:14 EST | Actualisé 18/02/2014 05:12 EST

Le nombre et le taux d'homicides étaient en baisse en 2012 au Canada

shutterstock
police tape across an open door

Le nombre d'homicides et le taux d'homicide étaient en baisse au Canada en 2012, selon Statistique Canada.

Les services policiers ont en effet rapporté 543 homicides au Canada en 2012, soit 55 de moins qu'en 2011. Le taux d'homicides, quant à lui, est passé de 1,73 à 1,56 par 100 000 habitants, une baisse de 10 pour cent.

Ce taux a été le plus bas depuis 1966.

Le Québec se situe au 5e rang parmi les provinces, avec un taux de 1,34 homicides par 100 000 habitants. Trois provinces de l'Ouest, soit l'Alberta, la Colombie-Britannique et la Saskatchewan ont enregistré les plus importantes baisses du nombre d'homicides. Les taux demeurent toutefois élevés dans les provinces de l'Ouest, le plus élevé, de 4,1 homicides par 100 000 habitants, ayant été relevé au Manitoba, suivi de la Saskatchewan (2,69) et de l'Alberta (2,19).

C'est toutefois dans les territoires que les taux d'homicides sont les plus élevés et de loin; le Nunavut affiche un taux de 14,8 homicides par 100 000 habitants et les Territoires du Nord-Ouest de 11,5. Curieusement, pour une deuxième année consécutive, le Yukon fait exception, avec aucun homicide sur son territoire.

Parmi les provinces, l'Île-du-Prince-Édouard remporte la palme n'ayant connu elle non plus aucun homicide en 2012.

Le Nouveau-Brunswick fait encore meilleure figure avec un taux de 0,79.

Du côté des régions métropolitaines, les villes de Thunder Bay (5,81), Winnipeg (4,09) et Regina (3,06) occupent les trois premières places en termes de taux d'homicides.

Au Québec, les taux les plus élevés sont enregistrés à Saguenay (2,74) et à Gatineau (1,90). Montréal occupe le 18e rang canadien avec un taux (1,19) bien en-deça de la moyenne nationale. Québec vient au 24e rang.

Parmi les villes néo-brunswickoises, Moncton fait belle figure, n'ayant eu aucun homicide sur son territoire pour une deuxième année consécutive.

Fait à noter, les données sur les régions métropolitaines peuvent être trompeuses pour les villes moins populeuses puisqu'un seul homicide peut avoir un impact considérable sur le taux.

C'est le cas par exemple de Saguenay, qui affichait un homicide et un taux de 0,69 par 100 000 habitants en 2011, qui a vu son taux augmenter à 2,74 en 2012 en raison de 4 homicides survenus sur son territoire. Aussi, la ville de Trois-Rivières, qui avait été le théâtre d'un seul homicide (taux de 0,67) en 2011, a vu son taux presque doubler en 2012 lorsque deux meurtres y ont été enregistrés.

-

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 10 criminels les plus recherchés au Québec