POLITIQUE
12/12/2013 09:24 EST | Actualisé 11/02/2014 05:12 EST

Un troisième sénateur conservateur annonce son départ

Radio-Canada

Le sénateur conservateur Hugh Segal quittera la Chambre haute en juin pour entreprendre une carrière universitaire à Toronto. C'est le troisième sénateur conservateur à annoncer son départ en quelques semaines après Gérald Comeau et David Braley.

Hugh Segal croit que le scandale des dépenses inappropriées de certains sénateurs laisse des traces. « Je suis certaine que plusieurs de mes collègues sont en train de considérer s'ils veulent rester ou non à cause de cette période difficile », dit celui qui a été nommé par le libéral Paul Martin, en 2005.

M. Segal faisait partie des sénateurs qui se sont opposés à la suspension sans salaire de Mike Duffy, Patrick Brazeau et Pamela Wallin, parce qu'ils n'ont pas eu l'occasion de se défendre.

Caucus spécial

Dans le contexte, les sénateurs conservateurs se sont réunis en caucus spécial pour faire le point sur la crise des derniers mois, après l'ajournement des travaux de la Chambre haute, jeudi. Ils ont discuté des différents scénarios de réforme pour rétablir la crédibilité de l'institution.

« On veut un Sénat qui est plus transparent. On veut un sénat qui communique mieux. On réalise très bien que les gens ne savent pas ce que fait le Sénat », affirme Claude Carignan, leader du gouvernement à la Chambre haute. « Clairement on a été entaché, on a tous été entachés par ces comportements-là et on veut prévenir ça pour le futur. »

Tous les scénarios sont sur la table pour lancer une vague de réforme. Les sénateurs songent notamment à adopter un vrai cadre disciplinaire pour punir les membres fautifs. Ils pourraient aussi se doter de nouvelles règles de gouvernance, ou encore, clarifier le mandat des sénateurs, leur indépendance et leurs pouvoirs.

L'idée circule même que les sénateurs cessent de siéger au caucus national des députés. Ils sont toutefois plus discrets sur cette dernière proposition.

Le débat sur l'avenir du Sénat n'est pas près de s'essouffler avec un jugement de la Cour suprême, attendu au cours de la prochaine année. Le gouvernement fédéral veut savoir s'il a le pouvoir de réformer seul le Sénat et, s'il le souhaite, de quelle façon il pourrait l'abolir.

Dans ce contexte, les sénateurs conservateurs savent qu'ils doivent se donner rapidement des moyens de défendre la pertinence et le travail de leur institution.

Les controverses du Sénat

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.