Une campagne de 101 personnalités québécoises opposées à la francophobie a été lancée jeudi en collaboration avec Impératif français et le Mouvement Québec Français.

Dans une déclaration, ces personnes soutiennent que la discrimination à l'égard des francophones est en progression et doit être combattue.

Ils ont rendu public un document de 30 pages qui détaille différents cas d'attaques contre les francophones. Plusieurs exemples sont tirés des médias de langue anglaise et des médias sociaux où la première ministre Pauline Marois est ridiculisée ou caricaturée en nazie.

Dans la déclaration, signée entre autres par l'ancien premier ministre Bernard Landry, l'animatrice Julie Snyder, le conteur Fred Pellerin, le chanteur Paul Piché, le journaliste Normand Lester et le syndicaliste Gérald Larose, on mentionne, sans en faire un lien de causalité directe, l'attentat du Métropolis le soir du 4 septembre 2012, suivant l'élection de Pauline Marois.

Les signataires condamnent cette agression, pour laquelle Richard Henry Bain est toujours détenu en attente de son procès, et ils invitent les médias, et particulièrement les médias anglophones, à faire un examen de conscience.

Le texte suggère que «la campagne francophobe» a peut-être contribué à cet attentat qui a fait une victime et un blessé. À ce chapitre, Mario Beaulieu, président de la Société Saint-Jean-Baptiste, considère que depuis le 4 septembre 2012 d'autres incidents et dérives sont survenus.

«Si on laisse ça aller et que l'on reste en silence, c'est comme si on était un peu complice. C'est laisser place à la récidive», a indiqué M. Beaulieu à La Presse Canadienne.

Le président de la SSJB compte lancer une tournée du Québec pour dénoncer ces cas de discrimination, qui devraient selon lui indigner tout autant que la misogynie, l’homophobie, l’intimidation, l’islamophobie et les préjugés contre les autochtones.

Il souhaite également que cette campagne sorte des frontières du Québec et dit vouloir faire des représentations au Canada anglais «pour susciter une réflexion».

Aussi sur Le HuffPost:

Loading Slideshow...
  • Camille Laurin lors de son entrée à l'Assemblée nationale, le 27 avril 1977, jour où il déposa son projet de loi sur la langue française.

  • Un vétéran de la Seconde guerre mondiale proteste contre la Loi 101.

  • Camille Laurin appose un badge YES sur le veston de René Lévesque, lors de la campagne du référendum sur l'indépendance du Québec en février 1980.

  • Camille Laurin s'adresse au caucus du PQ lors du 20ème anniversaire de la Loi 101, célébré le 26 août 1997.

  • Un restaurateur montréalais montre les sous-bock en anglais qui lui ont valu, en mars 2000) d'être réprimandé par les inspecteurs de l'Office de la langue française.

  • Gilles Duceppe, Louise Harel et Pauline Marois en tête de la manifestation montréalaise organisée le 26 août 2007, pour les 30 ans de la Loi 101.

  • Des partisans de la Loi 101 manifestent pour la défense de la Charte de la langue française, le 26 août 2007 à Montréal.

  • Un défenseur du Québec francophone, lors de la manifestatiom organisée pour les 30 ans de la Loi 101.

  • Le premier ministre Jean Charest, le 3 juin 2010, lors d'un débat houleux à l'Assemblée nationale portant sur une décision de la Cour supérieure qui a autorisé les enfants de neuf familles à fréquenter une école anglophone.

  • Pauline Marois, le 3 juin 2010, lors d'un débat houleux à l'Assemblée nationale portant sur une décision de la Cour supérieure qui a autorisé les enfants de neuf familles à fréquenter une école anglophone.

  • L'édifice de l'Office québécois de la langue française, à Montréal, porte le nom du père de la Loi 101.

  • Le député indépendant, et ex-péquiste, Pierre Curzi présente, le 27 mai 2012, un projet de loi visant à modifier la Charte de langue française qui élargirait la portée de ses dispositions.

  • La ministre responsable de la Charte de la langue française, Diane De Courcy, a présenté le 5 décembre 2012 un <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/12/05/modification-loi-101_n_2243301.html">projet de loi visant à modifier la Loi 101</a>, et notamment à inclure l'usage du français Charte québécoise des droits et libertés.



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.