NOUVELLES

Remax prévoit une nouvelle hausse des prix des maisons

11/12/2013 08:30 EST | Actualisé 10/02/2014 05:12 EST

Les prix des habitations ont atteint un sommet en cinq ans en 2013 au Canada, et la croissance devrait se poursuivre en 2014, selon l'agence Remax.

Dans son rapport sur les perspectives du marché de l'habitation, Remax a examiné les tendances dans les 25 plus grands marchés immobiliers au pays. La firme conclut qu'à l'échelle nationale, le prix moyen des maisons aura augmenté de 4 % en 2013 à 380 000 $.

Pas moins de 92 % des marchés analysés devraient enregistrer des augmentations de prix d'ici la fin de 2013. La région de Burlington arrive en tête, avec des prix en hausse de 7,5 %, suivie des régions de Calgary et Saint-Terre, à Terre-Neuve, à 6 %, du Grand Vancouver, du Grand Toronto et Winnipeg, à 5 %. À Montréal et à Québec, Remax prévoit des hausses modestes respectives de 2 % et 4 % du prix moyen des maisons.

Selon la firme de courtage immobilier, l'amélioration des conditions économiques, la faiblesse des taux d'intérêt et la confiance accrue des consommateurs expliquent cette nouvelle hausse des prix, qui est appelée à se poursuivre l'an prochain. La valeur des habitations devrait augmenter de 3 % pour atteindre 390 000 $ à la fin de 2014.

Par contre, un essoufflement commence à se faire sentir au chapitre de la revente immobilière. Au Québec, des baisses des ventes respectives de 9 % et 12 % sont prévues pour le Grand Montréal et Québec, alors que le ralentissement économique a ébranlé la confiance et que le marché de l'emploi a donné des signes de contraction pendant une partie de l'année. Remax prévoit que dans l'ensemble du pays, la revente immobilière n'augmentera que de 2 % en 2014 avec 475 000 transactions.

« Les marchés de l'habitation se sont montrés extrêmement résilients en 2013 », affirme Sylvain Dansereau, premier vice-président de Remax Québec. Pour 2014, il anticipe une tendance croissante pour les dépenses de rénovation et pour la transition des propriétaires vers de plus grandes maisons et de meilleurs quartiers.

L'expert observe également un intérêt grandissant pour les constructions à haute densité. « Bien qu'il soit probable que cette tendance s'accentue dans la plupart des grands centres, nous prévoyons un affaiblissement du marché des copropriétés au Québec, jusqu'à ce que le surplus d'offres actuel soit absorbé », précise Sylvain Danserau.

PLUS:rc