NOUVELLES

Mexique/pétrole: des députés bloquent l'accès à leur Chambre parlementaire

11/12/2013 05:03 EST | Actualisé 10/02/2014 05:12 EST

Une vingtaine de députés de gauche bloquaient mercredi après-midi à l'aide de mobilier et de chaînes l'accès à l'hémicycle de la Chambre des Députés mexicaine pour empêcher le début de la discussion du projet de réforme énergétique approuvé quelques heures plus tôt par le Sénat.

Le projet de réforme, voté au Sénat grâce aux voix du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) du président Enrique Pena Nieto et du Parti action nationale (PAN, droite) vise à mettre fin à 75 ans de monopole d'Etat sur les ressources pétrolières et gazières du Mexique en les ouvrant aux investissements privés.

"Ici, toutes les procédures ont été violées, et aujourd'hui ils veulent passer cette réforme en plénière sans même une discussion préalable", a dénoncé la députée Maria Luisa Alcalde, du Mouvement citoyen (MC), un petit parti de gauche, du haut de la tribune où étaient retranchés une vingtaine de députés, membres du MC, du Parti des travailleurs (PT) et du Parti de la Révolution démocratique (PRD).

Face à un hémicycle pratiquement vide, ces parlementaires criaient des slogans hostiles au gouvernement de M. Pena Nieto, comme "Celui qui achète une élection vend la nation", une allusion aux accusations, émises par la gauche, d'achats de vote par le PRI lors de l'élection présidentielle de juillet 2012.

Une grande banderole déroulée sur la tribune portait l'inscription "Vouloir livrer les ressources naturelles à des étrangers est trahir la patrie. Traîtres!!!".

Mme Alcalde a indiqué que plusieurs parementaires allaient engager un jeûne de 24 heures contre une réforme "qui peut être extrêment grave pour les Mexicains".

Dans l'attente, le Comité de conciliation politique du Parlement est réuni "pour voir comment va être analysée et discutée la réforme", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la Chambre des députés.

Mercredi, le Sénat avait adopté par 95 voix contre 28 le projet de réforme constitutionnelle qui prévoit notamment que Pemex, l'entreprise pétrolière de l'Etat mexicain, pourra passer des contrats avec des investisseurs privés, nationaux ou étrangers, ou leur accorder des licences d'exploitation ou d'extraction.

csc/jcb/plh

PLUS:hp