POLITIQUE

Rob Ford s'attaque au chef de police

10/12/2013 07:12 EST | Actualisé 09/02/2014 05:12 EST
David Cooper via Getty Images
TORONTO, ON- NOVEMBER 18 - Mayor Rob Ford sits in as chair of the meeting while Speaker Frances Nunziata has a break as council debates the motion to limit the Mayors office budget., November 18, 2013. (David Cooper/Toronto Star via Getty Images)

Le maire de Toronto s'est servi d'une entrevue à la télévision avec Conrad Black pour accuser le chef de police de Toronto d'agir pour des raisons « politiques ».

Dans l'interview diffusée lundi soir par une chaîne privée qui a embauché M. Black comme animateur, Rob Ford a soutenu que le chef Bill Blair avait lancé une enquête sur ses agissements, « parce qu'il est mécontent que j'aie demandé des économies [dans son budget] », a-t-il dit.

Le maire a aussi allégué que la police s'était servie de son ami et ancien chauffeur Alessandro Lisi, qu a été accusé de trafic de drogue et d'extorsion, comme accessoire pour l'atteindre.

Le chef Bill Blair a affirmé dans le passé que son travail était d'enquêter « sans influence de quiconque et sans crainte de qui que ce soit ». L'enquête policière a été lancée après que des médias eurent rapporté, en mai dernier, l'existence d'une vidéo du maire en train de fumer ce qui semble être du crack. Après des mois de déni, Rob Ford a admis en novembre dernier qu'il avait déjà fumé du crack. Mais il n'est accusé de rien pour l'instant.

Durant l'entrevue à Vision TV, M. Ford s'est dit « prêt à subir un test d'urine sur le champ » pour prouver qu'il ne consomme plus de drogue ou d'alcool. Conrad Black lui a répondu en souriant : « ce n'est absolument pas nécessaire ». Alors que le conseil municipal de Toronto le dépouillait de ses pouvoirs le mois dernier, Rob Ford avait mis ses collègues au défi de subir un test de dépistage de drogue.

Pédophilie

Le maire s'est également attaqué au journaliste Daniel Dale du Toronto Star. Rob Ford et lui ont eu une confrontation en mai 2012, quand le maire a appelé la police, alléguant que Daniel Dale l'espionnait à sa maison d'Etobicoke, en banlieue de Toronto.

Le journaliste assure qu'il se trouvait sur un lieu public et enquêtait sur un terrain que Rob Ford souhaitait acheter à côté de sa résidence.

Dans son entrevue avec Conrad Black, Rob Ford est revenu sur l'incident pour expliquer pourquoi il a appelé la police. «J'ai de jeunes enfants. Quand un homme prend des photos de jeunes enfants, je ne veux pas dire ce mot, mais vous commencez à vous demander, qu'est-ce qu'il veut («what's this guy all about»).

La déclaration a provoqué de nombreuses réactions sur Twitter, dont une de la journaliste Robin Doolittle, à l'origine des révélations sur la consommation de crack du maire Ford.

La journaliste a affirmé que les avocats du Toronto Star sont maintenant «impliqués».

Entrevue inusitée

Conrad Black, baron déchu de la presse et ex-prisonnier, avait défendu le maire Ford publiquement au cours des dernières semaines. Selon lui, les médias s'acharnent contre lui.

Rob Ford et Conrad Black sont tous deux d'allégeance conservatrice, mais les styles personnels des deux hommes sont aux antipodes.

Rob Ford est un populiste, alors que Conrad Black a reçu le titre de lord en Grande-Bretagne.

L'ancien magnat de la presse a été condamné pour fraude aux États-Unis en 2007. Il est sorti de prison en 2012.

INOLTRE SU HUFFPOST

Best Photos From Rob Ford Crack Scandal