NOUVELLES

Pas d'inquiétude financière pour la place publique

10/12/2013 04:30 EST | Actualisé 08/02/2014 05:12 EST

Le maire de Québec a apporté des précisions mardi en ce qui a trait à la place publique qui doit être aménagée devant le nouvel amphithéâtre de Québec après 2015.

Lors de la présentation du Programme triennal d'immobilisations (PTI) lundi, Régis Labeaume a laissé savoir qu'il ne pourrait utiliser les surplus du 400 millions de la construction de l'amphithéâtre pour financer la place publique devant l'infrastructure.

Régis Labeaume mentionne mardi que si des surplus se dégagent à la fin de la construction, l'argent sera redistribué en parts égales entre le gouvernement du Québec et la Ville.

L'argent que la Ville pourrait ainsi récupérer servira à financer la place publique.

« C'est pour ça que je dis que c'est impact zéro au point de vue financier. C'est juste qu'on retournera une partie au gouvernement et on paiera avec l'autre. C'est pour ça que ça ne nous inquiète pas, l'argent », soutient Régis Labeaume.

Le maire défend son cadre financier

Le maire a par ailleurs fait valoir son Programme triennal d'immobilisations (PTI) qui est à l'étude par les élus de la ville cette semaine.

Le PTI représente des dépenses de 1,4 milliard dans les infrastructures pour les trois prochaines années.

Le maire Régis Labeaume est particulièrement fier du plan qui, dit-il, respecte en tous points son cadre financier.

Le plan devrait permettre à la dette de redescendre après 2016. Régis Labeaume estime que sa politique fait maintenant l'unanimité.

« Dans le fond, ce que tout le monde s'aperçoit, c'est qu'on le suit le fameux plan. On l'a bâti en 2008 et on est vraiment rigoureux sur le plan », affirme-t-il.

La dette inquiète l'opposition

L'opposition à l'Hôtel de Ville de Québec ne voit pas les choses du même oeil. Le chef Paul Shoiry s'est dit préoccupé par la dette.

Selon lui, le PTI est sans grandes surprises, puisque la plupart des projets et montants qui y sont associés étaient connus, mais la dette qui continuera d'augmenter soulève l'inquiétude de l'opposition.

« Il [le maire] nous a dit encore ce matin qu'il a respecté son cadre financier. Maintenant, ce ne sont que des projections. Ce qu'on sait, c'est que la dette va continuer d'augmenter. [...] Il faudra voir en 2016 ce que ça dit. On ne peut que se fier aux estimations et projections », souligne-t-il.

Le PTI devrait être adopté à la fin de la semaine.

PLUS:rc