NOUVELLES

Menace de grève à Montréal-Trudeau et à Mirabel

10/12/2013 11:20 EST | Actualisé 09/02/2014 05:12 EST

Les activités des aéroports de Dorval et de Mirabel pourraient être perturbées au cours des prochaines semaines, car leurs 260 employés manuels menacent d'exercer des moyens de pression qui pourraient culminer avec une grève générale illimitée.

Depuis un an, le syndicat des employés d'Aéroports de Montréal négocie avec Aéroport de Montréal (ADM), mais les deux parties ne réussissent pas à s'entendre sur plusieurs points.

Les négociations achoppent sur les clauses salariales, mais aussi sur la question de la sous-traitance et celle des pauses. Mardi soir, en assemblée générale, les syndiqués ont voté à l'unanimité en faveur de moyens de pression pouvant aller jusqu'à la grève générale, afin de manifester leur impatience à l'employeur.

Le conseiller syndical, Denis Vigneault, accuse ADM de vouloir ouvrir la porte à la sous-traitance en souhaitant pouvoir solliciter des entreprises privées pour offrir les mêmes services que ses membres, mais pour moins cher.

Quant aux pauses, le représentant syndicat soutient que l'employeur souhaite couper de manière importante leur durée. M. Vigneault défend la formule actuelle, où le temps d'arrêt prévu à l'horaire tient compte des durées de déplacement nécessaires sur le large territoire couvert par l'aéroport.

Impact d'une grève sur les aéroports

Le syndicat des cols bleus de l'aéroport représente notamment les employés responsables du déneigement des pistes, de la plomberie, de la menuiserie, de la climatisation et de l'entretien.

« La grève couvrirait les deux aéroports, mais nous aurions quand même à offrir les services essentiels et à garantir la santé et la sécurité du public. À Mirabel, si on arrêtait le trafic aérien, ça ne met personne en danger. Mais à Dorval, les vols devraient continuer, car nous allons offrir les services essentiels. Par contre, ceux qui ne le sont pas ne seront plus offerts », explique Denis Vigneault.

Même s'il n'y a plus de vols de passagers à Mirabel, l'aéroport bourdonne encore d'activités avec la présence de nombreux vols cargo, où transitent de nombreux biens et marchandises.

« Ça représente quelque chose d'important dans l'activité économique du pays, on le reconnaît. Et nous, nous voulons fermer Mirabel », ajoute M. Vigneault.

Le Conseil canadien des relations industrielles devra trancher auparavant sur les services essentiels qui devront être maintenus dans l'éventualité d'une grève.

Dès la semaine prochaine, des moyens de pression seront néanmoins menés. Ainsi, des pique-niques seront organisés dans l'aérogare de Dorval pour sensibiliser les passagers à la réalité des employés manuels de l'aéroport, fait savoir le syndicat.

Le syndicat et l'employeur se retrouveront à nouveau à la table de négociation le 19 décembre. Il s'agit d'une ultime occasion pour ADM d'éviter la grève, selon le syndicat.

ADM compte réagir mercredi à la décision des cols bleus.

PLUS:rc