NOUVELLES

Échouer au test

10/12/2013 07:49 EST | Actualisé 09/02/2014 05:12 EST

Le Canadien n'avait pas perdu contre les Kings de Los Angeles à Montréal depuis décembre 1999. Le temps d'un soir, les hommes de Michel Therrien ont justement ressemblé à cette formation moribonde du tournant du millénaire.

Un texte de Guillaume Lefrançois Twitter Courriel

Les Kings (20-7-4) ont détruit le Canadien (19-10-3) par la marque de 6-0, mardi.

« Il n'y a pas grand-chose de bon à retenir, a répondu l'entraîneur-chef du Canadien, Michel Therrien. De telles performances, c'est rare que ça arrive. On doit l'oublier et revenir fort à Philadelphie jeudi. »

Avec ce massacre, on ne compte pas le nombre de séquences achevées. D'abord, celle de Carey Price, qui avait donné deux buts ou moins à ses 10 matchs précédents. Sa soirée de travail a pris fin après 5 min 28 s en deuxième période, quand Tyler Toffoli a fait 4-0. Puis, celle de l'équipe en général, qui avait disputé les 14 derniers matchs sans accorder plus de deux buts.

Peter Budaj a remplacé Price et a permis 2 buts sur 14 tirs.

« On savait que c'était une équipe forte en échec avant, mais on a perdu les batailles devant le filet, a résumé le défenseur du Canadien Josh Gorges. C'est aussi simple que ça. Price et Budaj feront toujours le premier arrêt et ils l'ont fait ce soir. On a été incapables de diminuer les deuxièmes chances. »

Il y a aussi ces 10 matchs de suite sans défaite en temps réglementaire (9-0-1). Sans oublier les 7 victoires de suite du CH contre les Kings. Bref, peu importe comment on regarde la situation, ils étaient mûrs pour une correction...

Cela dit, ce revers arrive à un bien drôle de moment. Le Tricolore avait certes relevé un défi de taille la semaine dernière contre les Bruins, mais venait de signer quelques gains à l'arraché, notamment samedi contre les faibles Sabres. Ce duel contre les Kings était vu comme un bon baromètre face à la puissante Association de l'Ouest.

« On a eu beaucoup de tests cette saison et on a relevé le défi, a rappelé un autre arrière du CH, Francis Bouillon. On affrontait une équipe talentueuse, on le savait. On a mal joué, ça nous a coûté les deux points. »

L'effet Jones

Rarement souligne-t-on le rôle du gardien vainqueur dans une victoire par six buts, mais il semble approprié de le faire ici.

C'est qu'on était parti pour assister à un très bon match de hockey. Sans blague. À 30 secondes du premier entracte, la marque était seulement de 1-0 pour les Kings et le Canadien faisait plus que tenir son bout. L'équipe avait profité d'avantages numériques pour imposer son rythme et menacer sérieusement le filet adverse.

Mais un certain Martin Jones, une recrue à son troisième match dans la LNH, a fermé la porte. Le gardien des Kings a notamment frustré Alex Galchenyuk deux fois coup sur coup à bout portant en début de match pour garder le pointage à 0-0. Le CH menait même 17-11 aux tirs au but et croyait retourner au vestiaire avec un retard d'un but, mais Mike Richards a marqué avec 13 secondes à écouler à la période.

« C'est une bonne équipe qui obtient des chances en avantage numérique, a commenté Jones, première étoile du match. Je voulais juste donner une chance à nos gars de gagner. Ils ont très bien joué ensuite. »

« En première, c'était un bon duel, on avait nos chances, a résumé Bouillon. Le deuxième but a fait extrêmement mal, on est rentrés au vestiaire la tête basse. Et on a été amorphes en deuxième période. C'est l'histoire de la soirée. »

Alec Martinez a fait 3-0 dès la deuxième minute de la période médiane, et on commençait à sentir drôlement les carottes cuire au Centre Bell.

Pour Jones, il s'agit d'un deuxième jeu blanc de suite.

Jordan Nolan, Jake Muzzin et Justin Williams ont également marqué dans la victoire, une quatrième de suite pour les hommes de Darryl Sutter.

À noter

  • Laissé de côté dans quatre des cinq derniers matchs, le défenseur Francis Bouillon était de retour dans la formation du Canadien, à la place de Douglas Murray.

PLUS:rc