DIVERTISSEMENT

Alain Lefèvre interprétera André Mathieu au Carnegie Hall

10/12/2013 09:16 EST | Actualisé 09/02/2014 05:12 EST
Agence QMI

Alain Lefèvre voit ses efforts récompensés, car ce soir à New York, le pianiste québécois sera au mythique Carnegie Hall afin de faire revivre deux œuvres oubliées d’André Mathieu, le compositeur et musicien qu’il a toujours défendu. L’occasion est d’ailleurs historique, puisqu’il sera accompagné par le fameux Orchestra of St. Luke’s dirigé par JoAnn Faletta.

Joint par téléphone quelques heures avant son départ pour la Grosse Pomme, Alain Lefèvre avait du mal à contenir sa joie. «C’est l’aboutissement d’un travail de longue haleine, s’est-il exclamé. André Mathieu fait partie de patrimoine national, ce qui ne l’a pas empêché d’être occulté de la vie musicale canadienne. Il est maintenant grand temps de le découvrir!».

Un manque de reconnaissance d’autant plus incompréhensible que Lefèvre a passé une partie de sa carrière à tenter de réhabiliter le travail de l’artiste qu’il estime unique. «J’ai passé 30 ans de combat pour faire comprendre qu’André Mathieu est un magnifique compositeur. Je ne suis pas de ceux qui font des échelles entre les musiciens, mais je peux vous dire que je l’ai joué dans plus de 40 villes à travers le monde», a-t-il expliqué.

Sauf au Canada. Voyant le peu d’intérêt, le pianiste s’était juré il y a quatre ans de ne plus jouer le compositeur au pays. «Je devais constamment convaincre les orchestres. Lorsque j’ai vu qu’on lui ouvrait les portes ailleurs, j’ai décidé de ne plus m’obstiner ici», a-t-il précisé.

Nul n’est prophète en son pays

Il faut dire que les élites de la musique canadienne ont toujours un peu levé le nez sur le compositeur d’origine montréalaise pourtant reconnu très tôt comme un génie. Il n’a que 11 ans lorsque Rachmaninov visiblement impressionné par son travail lui dit qu’il est le seul pouvant avoir la prétention d'être son successeur. «Il a eu un destin hors du commun. Il a peut-être fini sa vie dans la misère et l’oubli, mais sa musique est éternelle», a dit Lefèvre.

À défaut de l’être chez nous, le compositeur québécois sera donc honoré chez nos voisins du Sud aujourd’hui au Carnegie Hall. «J’espère qu’on va se rendre compte de l’apport inestimable de l’artiste. J’en connais certains au Québec qui vont avoir honte. Je ne suis pas en colère. Je voudrais seulement qu’André Mathieu reprenne la place qu’il mérite au sein de notre patrimoine musical», a-t-il conclu.

Programme : Mozart Symphonie No. 36 en ut majeur, K. 425 “Linz” – Mathieu Concertino No. 2 pour piano et orchestre, Op. 13 – Mathieu Concerto No. 4 en mi mineur pour piano et orchestre – Avec : Alain Lefèvre, piano, JoAnn Falletta, chef d’orchestre, Orchestra of St. Luke’s – Carnegie Hall, Auditorium Stern/ Scène Perelman – Mardi 10 décembre 2013, 20 h.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.