DIVERTISSEMENT

«Nebraska» : June Squibb en route vers les Oscars (ENTREVUE)

08/12/2013 10:05 EST | Actualisé 07/02/2014 05:12 EST
Courtoisie

Dans Nebraska, June Squibb joue Kate Grant, la femme de Woody interprété par Bruce Dern, un homme persuadé à tort qu'il est devenu millionnaire. Sa performance hilarante a été saluée par la critique et pourrait bien lui permettre d'obtenir une nomination pour les Oscars. L'actrice de 84 ans a accordé une entrevue au Huffington Post Québec.

«Nous sommes tous très excités en ce moment. Le film marche très bien, il est présenté dans de nouvelles salles. Tout le monde est très content», affirme Mme Squibb à l'autre bout du fil.

Il faut dire que le film du réalisateur Alexander Payne est bien placé en vue des Oscars et de la saison des prix. Il est constamment sur les listes des favoris et pourrait obtenir plusieurs nominations. June Squibb est fortement considérée comme meilleure actrice de soutien, catégorie où elle devrait batailler avec Jennifer Lawrence (American Hustle) et Oprah Winfrey (Lee Daniel's The Butler).

«Je serais évidemment heureuse si cela se produit. Les gens disent que je pourrais être nommée, on entend ce genre de commentaires. Et évidemment, ça fait plaisir», affirme-t-elle.

June Squibb a d'ailleurs tout de suite aimé le scénario et son personnage, petit bout de femme qui n'a pas la langue dans sa poche. Et selon elle, le rôle ne lui était pas destiné au départ.

«J'avais travaillé avec Alexander sur About Schimdt (elle jouait la femme de Jack Nicholson). Donc je le connais bien. Mais je ne crois pas au départ qu'il avait pensé à moi. Puis, il s'est passé quelque chose. Et tout a pris forme à New York où j'allais. Nous nous sommes vus et après avoir envoyé un enregistrement, il m'a dit que j'avais le rôle», relate l'actrice.

Un rôle hilarant

Mme Squibb a totalement pris possession du personnage de Kate qui est le plus drôle du film, une vieille femme au verbe grivois qui ne manque jamais une bonne occasion pour dire ce qu'elle pense.

«Elle n'a pas beaucoup de filtre. Mais je crois qu'on réalise sa véritable personnalité au fil du film. Au début, elle est aigrie par la vie parce qu'elle a vécu beaucoup de choses notamment l'alcoolisme de son mari. Puis, après plusieurs scènes, on comprend qu'elle l'aime profondément et elle est aussi protectrice avec ses deux enfants», explique-t-elle.

La plupart des scènes de June Squibb sont pleines de drôlerie, notamment celle au cimetière où elle commente les habitudes sexuelles de sa belle-sœur ou une autre où elle envoie promener certains membres de la famille qui souhaite toucher une part du gros lot de Woody. Elle est d'ailleurs complémentaire du personnage joué par Bruce Dern, assez silencieux et désespérant, un homme qui subit la vie en quelque sorte.

«Le scénario était déjà brillant, mais c'est vrai ajouté ma touche personnelle. Je suis très à l'aise dans le registre de la comédie», relate l'actrice qui parle doucement, ricane parfois au fil des anecdotes.

June Squibb aimerait tourner encore avec Alexander Payne, réalisateur dont elle admire le propos. Le cinéaste a souvent posé sa caméra sur l'Amérique profonde et aime à décortiquer les mœurs du Midwest.

«Alexander vient d'Omaha, Nebraska. C'est vraiment son coin de pays, donc je crois qu'il porte un regard vrai sur sa société», dit Mme Squibb.

Une carrière au cinéma qui commence en 1990

L'actrice ne semble pas avoir de regrets d'avoir commencé sa carrière au cinéma si tardivement. Vers la fin des années 50, June Squibb a obtenu la reconnaissance pour ses performances sur les planches à Broadway, mais c'est seulement en 1990 qu'elle a fait ses débuts au 7e art dans Alice de Woody Allen.

«J'ai adoré cette expérience. Je devais initialement faire 3-4 jours de tournage et finalement je suis resté six semaines. Je m'entendais bien avec Woody Allen et il m'ajoutait des scènes», se souvient-elle.

June Squibb a aussi tourné avec Martin Scorsese (The Age of Innocence) et Martin Brest (Scent of a Woman). «C'est toujours très enrichissant de travailler avec tous ces cinéastes. Ils ont toujours une manière différente de tourner et d'interagir».

Nebraska - Paramount - Comédie dramatique - 115 minutes - Sortie en salles le 29 novembre 2013 - États-Unis.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les films à l'affiche, semaine du 6 décembre 2013