POLITIQUE

L'ex-directeur des communications de Stephen Harper de retour chez les conservateurs

07/12/2013 04:25 EST | Actualisé 06/02/2014 05:12 EST
Rasio-Canada

Radio-Canada a appris que l'ex-directeur des communications de Stephen Harper, Dimitri Soudas, revient au sein du Parti conservateur comme directeur général.
Le Conseil national du parti a entériné la décision, hier soir.

Cette nomination suggère que le premier ministre s'entoure de fidèles partisans en prévision de la prochaine campagne électorale.

Un autre collaborateur de longue date du premier ministre, Ray Novak, a succédé à Nigel Wright, emporté par le scandale au Sénat, au poste de chef de cabinet de Stephen Harper. Peu connu du public à sa nomination, M. Novak est le plus ancien membre du cercle intime de Stephen Harper.

Premier passage controversé

Dimitri Soudas avait quitté le bureau de Stephen Harper en 2011 pour se joindre au Comité olympique canadien (COC) à titre de directeur des communications. Il a quitté ce poste jeudi, deux mois à peine avant l'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de Sotchi.

« Nous le remercions pour ses deux années de service auprès du COC ainsi que de nos athlètes et entraîneurs, et nous lui souhaitons la meilleure des chances dans ses futures entreprises », a écrit, jeudi, le COC dans un courriel.

Dimitri Soudas a été dans l'entourage de Stephen Harper dès 2002. Il a été son porte-parole de 2010 à 2011. Dimitri Soudas était alors considéré comme l'homme de confiance de Stephen Harper au Québec.

M. Soudas a toutefois vécu une relation tumultueuse avec les journalistes sur la colline parlementaire. Il a également été au centre de plusieurs controverses.

En avril 2011, il a été soupçonné « d'ingérence » dans le processus de nomination du dirigeant du Port de Montréal en 2007.

En 2008, il avait nié avoir cherché à influencer des décisions du ministère des Travaux publics en faveur d'un allié conservateur, Michael Rosenberg, propriétaire du groupe Rosdev de Montréal.

Toujours en 2008, la commissaire à l'éthique de l'époque, Mary Dawson, a estimé que rien ne prouvait que M. Soudas ait exercé des pressions indues sur les fonctionnaires ou le personnel politique de Travaux publics Canada.

Elle avait donc blanchi Dimitri Soudas, « bien que M. Soudas puisse sembler avoir fait un excès de zèle », avait-elle ajouté.

INOLTRE SU HUFFPOST

Qui sont les nouveaux ministres fédéraux depuis le 15 juillet?