NOUVELLES

Proche-Orient : Kerry optimiste, les Palestiniens sceptiques

06/12/2013 09:07 EST | Actualisé 05/02/2014 05:12 EST

Le secrétaire d'État américain s'est voulu optimiste vendredi en déclarant qu'Israéliens et Palestiniens n'ont jamais été aussi proches de la paix. Une déclaration qui contraste avec le scepticisme des Palestiniens, qui rejetaient la veille les propositions de John Kerry.

C'est au terme d'une rencontre avec le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou à Tel-Aviv, juste avant son retour à Washington, que M. Kerry a expliqué que les négociations n'avaient pas autant avancé « depuis des années ».

Pour le secrétaire d'État, qui en est à son huitième voyage depuis le mois de mars dans la région, « le président Abbas et le premier ministre Nétanyahou restent plus déterminés que jamais à continuer sur cette voie [de la paix] et à explorer toutes les possibilités, parce que les deux parties ont le même objectif en vue : deux nations pour deux peuples ».

Il a également invité les Israéliens et les Palestiniens à s'inspirer de l'exemple de Nelson Mandela, décédé jeudi, pour parvenir à la paix.

Kerry repart les mains vides

Le chef de la délégation palestinienne, Saëb Erakat, avait déclaré jeudi que la situation était « toujours très difficile ».

Les Palestiniens ont rejeté les « propositions » du diplomate américain en matière de sécurité, notamment pour la Cisjordanie en cas de création d'un État palestinien.

Ces propositions ont été qualifiées de « très mauvaises idées » par la partie palestinienne.

Israël exige qu'un futur État palestinien soit démilitarisé et veut maintenir une présence militaire à long terme sur la frontière avec la Jordanie.

Les Palestiniens, de leur côté, ne veulent pas moins que la fin de l'occupation de leur territoire. Ils acceptent toutefois le déploiement d'une force internationale, une option rejetée depuis le début par Israël. 

PLUS:rc