POLITIQUE

Pipeline d'Enbridge : la commission parlementaire recommande la réalisation du projet

06/12/2013 11:55 EST | Actualisé 05/02/2014 05:12 EST
Radio-Canada.ca

Le projet d'inversion du flux de l'oléoduc d'Enbridge entre North Westover, près d'Hamilton, et Montréal sera appuyé par le gouvernement Marois. Mais Québec souhaite qu'Enbridge prouve la fiabilité de l'oléoduc et surtout, qu'elle prévoie des fonds en cas de catastrophe.

La commission parlementaire qui a tenu des audiences sur le projet recommande d'aller de l'avant, mais fixe 18 conditions. Parmi elles : avoir des garanties quant à l'étanchéité de l'oléoduc, obtenir plus d'information sur la quantité et le type de pétrole transporté, et surtout, s'assurer que la compagnie prévoira des fonds en cas de catastrophe.

L'oléoduc en question inquiète parce qu'il est vieux. De plus, le propriétaire est responsable d'un énorme déversement en 2010 à Battle Creek, au Michigan.

« Si ces conditions-là sont remplies, c'est un bon projet pour les Québécois, mais qu'on y met aussi les mesures de sécurité et de protection de l'environnement, qu'on s'était donné comme critère de base. »

Le projet fait quasi-consensus à l'Assemblée nationale. 

« Sur sa pertinence et sa nécessité économique. Ça confirme ce que l'on pense, c'est dans l'intérêt économique d'aller de l'avant », a réagi le chef du Parti libéral, Philippe Couillard. 

Le secteur pétrochimique de Montréal dit avoir besoin de ce pétrole d'Alberta. Même la raffinerie de Lévis en veut.

De son côté, Enbridge s'engage à analyser le rapport de la commission, sans faire de promesses. La compagnie rappelle que c'est au fédéral que se prendra la décision finale concernant ce projet.

Son porte-parole, Eric Prud'Homme, affirme qu'Enbridge a participé de bonne foi aux audiences de l'Assemblée nationale. « C'est pour nous une chance de démontrer qu'on peut bien sûr opérer de façon sécuritaire le pipeline, et de démontrer l'écoute qu'on a encore envers les parties prenantes. »

Plusieurs doutent toutefois que l'entreprise pose des gestes. « L'augmentation des garanties financières, ils ont toujours dit non à ça. L'appui financier aux municipalités, ils ne veulent rien savoir de ça », rappelle Steven Guilbeaut, d'Équiterre. 

Québec solidaire accuse le gouvernement de renoncer à ses principes et qualifie la commission de mascarade. « Parader en commission parlementaire comme s'ils étaient les cheerleaders du pipeline d'Enbridge, c'était assez gênant », dit la députée Françoise David. 

La décision de l'Office national de l'énergie est attendue d'ici le mois de mars.

Avec les informations de Julien Lafille et Davide Gentile

Entrez votre code postal pour vous situer par rapport au pipeline d'Enbridge :

 

INOLTRE SU HUFFPOST

Comprendre les projets de pipelines