POLITIQUE

Pendant que son ami comparaît, Rob Ford parle de déneigement

06/12/2013 08:25 EST | Actualisé 05/02/2014 05:12 EST
CP
Toronto Mayor Rob Ford listsens to speakers at a council meeting about casino proposals at Toronto City Hall on Tuesday, May 21, 2013. Ford ignored a crush of reporters waiting outside his city hall office this morning in the hopes he would address allegations that he was recorded on video appearing to smoke crack cocaine. (AP Photo\THE CANADIAN PRESS, Nathan Denette)

Le maire de Toronto a assuré les résidents, vendredi matin, que la Ville était prête pour l'hiver. Au même moment, son ami et ex-chauffeur occasionnel comparaissait en cour pour extorsion et trafic de drogue.

L'avocat d'Alessandro Lisi s'est présenté en son nom devant un juge de la paix, qui a indiqué que la date des enquêtes préliminaires de son client serait fixée lors de sa prochaine comparution le 14 janvier.

Pour sa part, le maire Rob Ford a tenu un point de presse, comme si de rien n'était, pour discuter de déneigement, invitant les automobilistes à la prudence en cas de tempête. 

Jeudi, un premier membre du cabinet provincial l'avait pressé publiquement de démissionner, du moins temporairement. Le ministre de la Formation et des Collèges et Universités Brad Duguid a dit qu'il était « temps [pour Rob Ford] de laisser sa place. »

M. Duguid, un ancien ministre des Affaires municipales et ex-conseiller municipal à Toronto, pense que les frasques du maire Ford ont posé « tout un défi pour Toronto ».

Le ministre Duguid a écarté toutefois une intervention du gouvernement provincial pour destituer Rob Ford, affirmant que le conseil municipal « a fait du bon travail » et que le maire adjoint, Norm Kelly, avait « toute sa confiance ».

Le conseil a transféré, le mois dernier, l'essentiel des pouvoirs du maire Ford à M. Kelly.

M. Duguid est un partisan de John Tory, un candidat pressenti à la mairie de Toronto en 2014.

Jusqu'à maintenant, la première ministre Kathleen Wynne a affirmé qu'elle s'en mêlerait si et seulement si le conseil municipal lui en faisait la demande et si les partis d'opposition appuyaient une telle intervention de son gouvernement minoritaire.

Comparution

Selon la police, Alessandro Lisi aurait entre autres usé de menaces pour tenter de mettre la main sur la vidéo montrant le maire en train de fumer ce qui semble être du crack.

Rob Ford a nié, jeudi, avoir offert 5000 $ et une voiture aux auteurs de l'enregistrement pour le faire disparaître.

Rob Ford dans la tourmente

INOLTRE SU HUFFPOST

The Many Faces Of Rob Ford