NOUVELLES

Le Canada salue « un des plus grands leaders spirituels »

05/12/2013 08:00 EST | Actualisé 04/02/2014 05:12 EST

« Tout le Canada pleure Nelson Mandela avec sa famille et les citoyens d'Afrique du Sud », a réagi le premier ministre du Canada, Stephen Harper, à la mort de l'ex-président, ajoutant que « le monde a perdu l'un de ses plus grands leaders spirituels ».

M. Harper a rappelé que M. Mandela, malgré 27 ans de captivité, était « sorti de prison en fermant son coeur à toute incitation à un règlement de comptes ».

« L'héritage durable que Nelson Mandela laisse à son pays et au reste du monde est l'exemple qu'il a donné avec sa longue marche vers la liberté. Avec grâce et humilité, il a montré comment il est possible pour les gens de transformer leur époque et leur propre vie », a également déclaré M. Harper.

L'ancien premier ministre Brian Mulroney, qui avait tissé des liens personnels avec Nelson Mandela, a déclaré que la mort de Mandela représentait « une perte extraordinaire pour le monde ».

Un autre ancien premier ministre canadien, Jean Chrétien, avait fait de Mandela un citoyen canadien. « Quand j'ai pris ma retraite, il m'a envoyé un message me disant qu'il était très déçu parce qu'il aurait voulu voter pour moi et qu'il ne pourrait pas », se souvient aujourd'hui M. Chrétien.

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, a déclaré que Nelson Mandela était une source d'inspiration pour tous, « du plus humble et démuni au plus puissant de la planète ».

Le leader libéral Justin Trudeau a pour sa part considéré que Nelson Mandela avait symbolisé l'espoir et l'inspiration pour des millions de personnes.

L'ex-gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean, a déclaré sur les ondes de Radio-Canada. « Le jour où Nelson Mandela est sorti de prison, enfin libre, j'étais rivée devant mon écran... pour moi c'était plus important que quand l'homme a marché sur la Lune, a-t-elle raconté. C'était un homme qui marchait libre, pas seulement pour son peuple, sa nation, mais pour l'humanité tout entière. J'avais l'impression de marcher dans ses pas, et je me sentais plus légère. »

La première ministre du Québec, Pauline Marois, a pour sa part exprimé sa « très grande tristesse » à la suite de l'annonce du décès de la « figure emblématique de la lutte contre l'apartheid. »

« Aujourd'hui, le monde entier rend hommage à cet homme qui a consacré sa vie à ses idéaux de paix, d'égalité et de dignité. C'est avec une émotion particulière que nous joignons nos pensées à celles du peuple sud-africain et que nous lui transmettons nos plus sincères condoléances. Comme l'ensemble de la communauté internationale, nous sommes profondément attristés par la perte de ce personnage plus grand que nature », a affirmé Mme Marois.

PLUS:rc