NOUVELLES

La dette du Nouveau-Brunswick en hausse de 63 % en six ans, selon la vérificatrice générale

05/12/2013 12:52 EST | Actualisé 04/02/2014 05:12 EST

Dans son rapport 2013 présenté jeudi matin, la vérificatrice générale du Nouveau-Brunswick, Kim MacPherson exprime des préoccupations en matière de finances publiques, de développement social et d'infrastructures, entre autres.

Mme MacPherson estime que le Nouveau-Brunswick doit mieux s'y prendre pour récupérer l'argent qui lui est dû. Dans son rapport, elle affirme que les sommes dues au gouvernement provincial ont plus que doublé de 2002 à 2012, pour atteindre 2,6 milliards de dollars, ce qui entraîne des coûts de 95 millions par année.

Elle souligne aussi que la dette a augmenté de 63 % depuis 2007 et les finances publiques sont dans un piètre état. Le Nouveau-Brunswick accuse un cinquième déficit budgétaire consécutif, et Mme MacPherson juge la situation très préoccupante.

La vitesse à laquelle la province s'endette préoccupe aussi l'économiste Yves Bourgeois. « Ce qui est inquiétant, c'est qu'on dégringole le plus vite. Dans les quatre dernières années, on a vraiment vu l'augmentation d'à peu près 10 000 $ à 15 000 $ de niveau d'endettement par habitant. C'est une croissance beaucoup plus importante que dans les autres provinces. Il faut faire [quelque chose], et assez vite », explique M. Bourgeois.

Des lacunes en développement social

Mme MacPherson estime que l'admissibilité des familles d'accueil par le ministère du Développement social est souvent mal documentée. Sur les 20 dossiers qu'elle a évalués, dit-elle, deux seulement contenaient tous les documents requis.

Elle note aussi des lacunes lors du suivi des familles d'accueil. Selon elle, le ministère n'assure pas toujours que le tout est conforme aux normes. En étudiant 18 dossiers de familles d'accueil, elle en a seulement vu trois qui démontraient un suivi annuel constant.

La vérificatrice générale affirme que le financement offert aux familles d'accueil n'a pas augmenté au même rythme que le coût de la vie. Le nombre de foyers nourriciers a diminué de 41 % en huit ans.

Le ministère du Développement social répond que des rapports ne sont pas faits à temps pour plusieurs raisons, mais sans préciser lesquelles. Il explique la baisse du nombre de foyers nourriciers par la diminution du nombre d'enfants ayant besoin de ce service. L'amélioration des services de protection de l'enfance explique cette tendance, selon le ministère.

Des centaines de ponts en mauvais état

La vérificatrice générale estime que de nombreux ponts dans la province ont besoin d'un entretien considérable, sans être nécessairement non sécuritaires. Près de 300 ponts sont en mauvais état, souligne-t-elle, selon les données du ministère des Transports et de l'Infrastructure.

Mme MacPherson affirme que l'inspection des ponts est précise et conforme aux normes professionnelles, mais que l'information et le contrôle de la qualité sont parfois incomplets.

La vérificatrice générale conseille au Nouveau-Brunswick d'imiter le Québec qui publie de l'information sur l'état de ses ponts.

Kim MacPherson a été nommée vérificatrice générale en 2010, pour un mandat de 10 ans.

PLUS:rc