NOUVELLES

La capitale du Yémen secouée par un attentat

05/12/2013 04:50 EST | Actualisé 03/02/2014 05:12 EST

Au moins 20 personnes ont été tuées et des dizaines blessées jeudi dans un attentat suicide et une fusillade au ministère yéménite de la Défense à Sanaa, apprend-on de source militaire.

Il s'agit d'une des attaques les plus violentes qu'ait connues la capitale yéménite depuis un an et demi. Les assaillants ont pris pour cible l'hôpital du site, a indiqué le
ministère, en précisant que la plupart d'entre eux avaient été tués ou blessés.

« Les assaillants ont mis à profit les travaux en cours dans les lieux pour perpétrer leur acte criminel. La situation est sous contrôle », indique le ministère sur son site Internet.

L'attentat n'a pas été revendiqué. Le gouvernement intérimaire yéménite est confronté à plusieurs mouvements insurgés : séparatistes dans le sud, activistes d'Al-Qaïda,
rebelles houthis dans le nord.

Il se débat également dans de sévères difficultés économiques héritées de l'époque de l'ex-président Ali Abdallah Saleh.

Une explosion suivie de coups de feu

D'après les premières informations, un kamikaze a lancé le véhicule rempli d'explosifs qu'il conduisait contre le portail d'entrée du ministère.

Des tirs ont été entendus près du secteur peu après l'explosion et alors que les ambulances arrivaient sur les lieux, a constaté Reuters.

Des véhicules de l'armée se sont également précipités sur le lieu de l'attentat, situé dans la vieille ville de Sanaa, ont indiqué des témoins. Le quartier abrite aussi la banque centrale yéménite.

« L'attentat s'est produit peu après le début de la journée de travail au ministère; un kamikaze a projeté une voiture contre le portail », indique-t-on au ministère de la Défense.

« L'explosion a été très violente; le site entier a été secoué; des panaches de fumée s'élevaient du bâtiment », raconte un employé qui travaille dans un bâtiment voisin.

Le ministère de la Santé a appelé la population à donner son sang pour soigner les victimes.

Selon au moins deux sources, les assaillants sont arrivés à bord de deux véhicules, l'un transportant le kamikaze qui a foncé sur le portail d'entrée du site, et l'autre un commando fortement armé.

L'armée prise pour cible

La dernière opération d'envergure contre le gouvernement remonte à juillet 2012. Un kamikaze vêtu d'un uniforme de l'armée avait abattu plus de 90 personnes lors d'un entraînement en vue d'un défilé militaire à Sanaa.

Al-Qaïda avait ensuite revendiqué l'attaque.

En septembre 2012, le ministre de la Défense, le général Muhammad Nasir Ahmad, avait échappé de peu à un attentat lors de l'explosion d'une bombe au passage de son cortège. L'attaque avait fait au moins 12 morts.

PLUS:rc