NOUVELLES

<em>Le démantèlement</em> bien accueilli en France

05/12/2013 03:26 EST | Actualisé 03/02/2014 05:12 EST

Le film de Sébastien Pilote qui met en vedette Gabriel Arcand et le monde de l'agriculture au Québec est bien accueilli par les critiques français.

Sorti sur 26 écrans français le 4 décembre, le sujet du film, sa qualité, la performance tant de l'acteur principal Gabriel Arcand que du réalisateur Sébastien Pilote sont salués. Les divers critiques lui donnent de deux à quatre étoiles (La Croix).

Le critique Pierre Murat, du magazine Télérama, le compare à l'œuvre de Balzac, Le père Goriot, transposée de nos jours, au Canada. Il lui attribue trois étoiles. « Tout se joue dans le regard du fabuleux comédien qu'est Gabriel Arcand. Et aussi dans celui que pose sur lui son réalisateur : intense et sec, dénué de complaisance et de sensiblerie », écrit-il.

Pierre Murat ajoute que le réalisateur Sébastien Pilote est un presque débutant, hyper doué que le classicisme ne rebute pas. « Grâce à son exigence et à sa subtilité, on a constamment la sensation - comme dans les westerns et les films noirs de jadis - de voir un homme accomplir, contre l'avis général et même contre son gré, ce qu'il croit être, à tort ou à raison, son devoir. »

Dans la revue de cinéma Première, on lui donne deux étoiles sur quatre. « Un drame balzacien à l'esthétique sèche, filmé comme un documentaire. Poignant », écrit Daniel De Almeida.

Dans le Journal du dimanche, on mentionne que Sébastien Pilote dresse le portrait bouleversant d'un fermier et de son amour paternel en forme de sacrifice. Le film récolte trois étoiles également.

Même le blogue du journal Le Figaro, La plume dans les champs, qui parle d'agriculture et d'alimentation souligne sa sortie de manière élogieuse. L'auteur fait remarquer que le sujet de la transmission d'une exploitation agricole inquiète tous les agriculteurs qui n'ont pas de relève. « Une situation douloureuse retranscrite dans un film tourné au Québec, Le démantèlement, avec un ton juste et en toile de fond les grands espaces de l'Amérique du Nord. On respire en regardant la vie de ce berger canadien incarnée avec talent par Gabriel Arcand au rythme des saisons, pris entre la vente de sa ferme et la continuité de sa bergerie. »

PLUS:rc