DIVERTISSEMENT

«Les gars des vues», à Télé-Québec: une folie débridée signée Les Satiriques

04/12/2013 10:30 EST
Courtoisie Tele-Quebec

Vous n’aurez pas la berlue lorsque vous syntoniserez Télé-Québec, cet hiver, et que vous apercevrez Éric Salvail faire de la course automobile affublé comme Vin Diesel, Guy A.Lepage hurler à en perdre haleine dans un décor de film d’époque et Béatrice Picard, Marcel Sabourin, Rita Lafontaine et Edgar Fruitier tirer sur des zombies à grands coups d’armes à feu.

Ces artistes, comme plusieurs autres, se sont simplement prêtés au jeu des Gars des vues, nouvelle émission fort sympathique orchestrée par Pierre-Luc Gosselin et Nicholas Savard-L’Herbier, du duo Les Satiriques. Passés maîtres dans l’art des effets spéciaux, Pierre-Luc et Nicholas ont notamment ficelé les numéros d’ouverture des Bye Bye de 2011 et de 2012, de même que ceux de la Soirée des Jutra et du Gala Artis 2012.

Comme à Hollywood

Dans Les gars des vues, ils plongent une personnalité– une par épisode – dans un univers complètement éclaté, inspiré des productions hollywoodiennes les plus ambitieuses. Devant et derrière la caméra, ils métamorphosent physiquement leurs invités et les filment dans des situations rocambolesques pour concevoir une bande-annonce de long-métrage très crédible, mais bien sûr exagérée. Ils vont ensuite montrer le produit fini à leur vedette d’un jour à la toute fin du processus. Ils sont entourés de trois collaborateurs, Pascal Barriault, Simon Gouache et l’irrésistible et très drôle Korine Côté, qui jouent aussi dans leurs mises en scène et participent à l’élaboration de celles-ci. Leurs folies sont chapeautées par les producteurs Louis Morissette, Alain Chicoine et Louis-Philippe Drolet, de la boîte KOTV.

D’entrée de jeu, le générique du début donne le ton : on y retrouve Les Satiriques et leurs complices dans des séquences dignes des grands clichés du cinéma américain. La demi-heure est ensuite lancée avec une réunion de production où Pierre-Luc, Nicholas, Pascal, Simon et Korine bombardent des idées sur la façon de «dénaturer» l’invité. Cette seule partie est entrecoupée de plusieurs sketchs, sorte de mises en abîme où se laisse aller l’imagination débridée des cinq amis. Et celle-ci n’a vraiment aucune limite : dans l’une des saynètes, on verra Éric Salvail exploser littéralement pour ne devenir qu’une flaque de sang, et Guy A.Lepage rejeter des propositions de contrat comme Incendies et Monsieur Lazhar pour privilégier avec enthousiasme L’appât. De fausses publicités, très comiques, sont aussi insérées dans cette portion.

Puis, on pénètre réellement dans les étapes de la construction de la bande-annonce. Les images se succèdent à un rythme rapide, et notre étonnement et notre curiosité sont aussitôt piqués. C’est ainsi qu’Éric Salvail tentera des exercices au volant pour un remake de Rapides et dangereux, intitulé Pimp ta route. Chauve, tatoué, en camisole, croix au cou, cigarette au bec, l’animateur d’En mode Salvail recréera des prouesses de Bruce Willis dans Red, effectuera un aller-retour en prison, s’adonnera à la course automobile et embrassera une plantureuse jeune femme. Guy A. Lepage, lui, évoluera dans une Pologne ravagée par la guerre dans Oscar, the movie, un pastiche de tous les éléments généralement gagnants dans la course aux Oscars : un personnage déficient, une trame sonore «qui fait pleurer», une liaison homosexuelle, de la danse, des citations humainement profondes, etc. Quant à Béatrice Picard, Marcel Sabourin, Rita Lafontaine et Edgar Fruitier, on se contentera de spécifier qu’ils seront transformés en ex-agents de la GRC, mais on n’en dira pas plus, pour ne pas gâcher votre plaisir. Disons simplement que, bien qu’âgés, les acteurs n’ont pas eu froid aux yeux!

En plus d’être visuellement spectaculaire, le concept des Gars des vues distille un humour à différents degrés, qui devrait amuser un vaste public. Et Les Satiriques ont insisté : les invités n’ont émis aucun souhait quant au contexte dans lequel ils ont été placés. On souhaitait plutôt répondre à un fantasme populaire en les introduisant dans des scènes où on se plait à les imaginer.

Travail colossal

Au fil des semaines, Charles Lafortune, Patrick Lagacé, Jean-Philippe Wauthier, Martin Deschamps, Patrice L’Écuyer, Stéphane Bellavance, Annie Pelletier et Jean-Luc Mongrain, entre autres, se soumettront aux ordres des Satiriques. Véronique Cloutier se glissera dans la peau d’une extraterrestre, et Mariloup Wolfe incarnera la mariée de Kill Bill.

Il faut à Pierre-Luc Gosselin et Nicholas Savard-L’Herbier 10 heures de tournage avec leurs artistes pour pondre un seul épisode des Gars des vues, et 200 heures au total pour boucler chacune des capsules, qui exigent une somme de travail colossale. Pierre-Luc Gosselin a d’ailleurs dû renoncer à contribuer au Bye Bye 2013, trop accaparé par le montage de ce projet, mais Nicholas apportera son grain de sel à la musique.

Dominique Chaloult, directrice générale des programmes de Télé-Québec, était en poste depuis environ quatre jours lorsque Louis Morissette l’a contactée pour lui proposer de programmer Les gars des vues, en 2011. On a peaufiné la formule pendant deux ans et demi avant de donner les premiers tours de manivelle. Les Satiriques et KOTV espèrent déjà une deuxième saison.

Les gars des vues prendra l’antenne de Télé-Québec le vendredi 10 janvier, à 19h30, dans la case-horaire jusqu’ici occupée par Les bobos.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.