POLITIQUE

Au tour de l'UQAM de rejeter la charte de la laïcité

04/12/2013 05:53 EST | Actualisé 03/02/2014 05:12 EST
Alamy

Un autre établissement d'enseignement de taille s'oppose au projet de charte des valeurs du gouvernement québécois. Après les universités de Montréal et de Sherbrooke, au tour de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) de prendre position contre l'interdiction des signes religieux dits ostentatoires.

« L'UQAM est en désaccord précisément avec l'article qui traite du port de signes religieux ostentatoires dont les principes sont inapplicables et inéquitables pour notre communauté », a indiqué dans un courriel envoyé à Radio-Canada la directrice du service des communications de l'Université, Jenny Desrochers. Pour cette raison, l'UQAM s'oppose au projet de loi 60 dans sa forme actuelle.

L'Université du Québec à Montréal n'est pas désaccord « avec le principe de laïcité », précise toutefois Mme Desrochers.

Dans une entrevue accordée au quotidien Le Devoir, le recteur Robert Proulx a affirmé que l'interdiction des symboles religieux irait à l'encontre des « principes de liberté académique » à la base des universités.

M. Proulx a l'intention de déposer un avis ou un mémoire, ou de comparaître en commission parlementaire d'ici le 20 décembre.

INOLTRE SU HUFFPOST

Hijab, burqa, niqab ou tchador?