BIEN-ÊTRE

Peut-on vaincre la douleur chronique grâce à une diète hypotoxique?

04/12/2013 09:47 EST | Actualisé 04/12/2013 09:47 EST
courtoisie

Saviez-vous que certains aliments ont tendance à « acidifier » le corps? Avant de partir en peur, voyons voir ce que la science en pense.

La diète hypotoxique vante les bienfaits d’éliminer les aliments « acidifiants », comme la viande rouge et les charcuteries, les céréales avec gluten, les produits laitiers, les aliments transformés, les desserts, la caféine, les boissons gazeuses et l’alcool. Ceux-ci auraient tendance à abaisser le pH urinaire, un indicateur des effets néfastes de ces aliments qui seraient responsables de plusieurs maladies, comme l’arthrite, le syndrome du colon irritable, l’ostéoporose et bien d’autres. Cela dit, pas besoin d’une diète populaire pour nous rappeler l’impact de l’alimentation sur notre état de santé globale.

Côté science, de plus en plus d’études démontrent les bienfaits de l’alimentation sans gluten pour apaiser les symptômes de la douleur chronique associée à des maladies comme la fibromyalgie, la migraine et l’arthrose. Par exemple, dans une étude parue récemment dans Arthritis Research & Therapy, il était question de gens atteints du syndrome du colon irritable et de fibromyalgie. Ceux-ci auraient tendance à être plus prédisposés à la maladie coeliaque. Les tests de dépistage de l’intolérance au gluten sont de plus en plus disponibles, ce qui aide à prendre une décision éclairée face à ce changement alimentaire important. Pour ce qui est des produits laitiers, les études sont font beaucoup plus rares.

Pour se donner fière allure, la diète hypotoxique mise donc sur des aliments dits alcalins, comme les légumes et fruits, les noix, les graines et les légumineuses (sauf le soya). Elle permet aussi les viandes maigres, les poissons et fruits de mer et les céréales sans gluten (sauf le maïs). Une simple saine alimentation dans laquelle les produits laitiers auraient été éliminés complètement. Il faut croire que c’est plus invitant quand le type d’alimentation porte une étiquette et impose un mode d’emploi.

Comme d’habitude, il y a quelques bémols à prendre en considération. Choisir d’éliminer les produits laitiers et les céréales avec gluten, c’est une chose. Mais, de faire ce changement sans les remplacer avec des aliments adéquats, peut entrainer certaines carences. Le calcium et la vitamine D, par exemple, sont fréquemment consommés dans les produits laitiers selon notre mode d’alimentation courante. Il faut donc être bien conseillé pour vous assurer d’avoir un apport en calcium et en vitamine D suffisant. Même chose par rapport aux céréales avec gluten, si on n’introduit pas assez de céréales sans gluten, cela risquerait de diminuer grandement votre apport en fibres, ainsi qu’en vitamines du complexe B par exemple, présentes en majeure partie dans les produits céréaliers.

Finalement, il n’y a rien de bien nouveau sous le soleil. Diminuer votre consommation de viande rouge, de charcuteries, d’aliments transformés, de boissons gazeuses et d’alcool, tout en mettant les fruits et légumes de l’avant, est une excellente marche à suivre pour encourager la santé globale. Mais, lorsqu’il est question d’éliminer un groupe alimentaire complètement, il vaut mieux investiguer plus profondément, avant de le balancer aux oubliettes.

Après avoir démontré les bienfaits de l’alimentation hypotoxique pour le traitement des douleurs chroniques dans son ouvrage à succès, « Comment j’ai vaincu la douleur et l’inflammation chronique par l’alimentation », Jacqueline Lagacé a publié un second livre contenant conseils et recettes pour répondre dans l’immédiat aux interrogations de ceux qui désiraient suivre le régime mais qui ne savaient pas « par où commencer »

recettes gourmandes

Avec la collaboration de Louise Labrèche, Louise Côté et les chefs Kévin Bélisle et Jean-Marc Enderlin du Spa Eastman.

INOLTRE SU HUFFPOST

Des recettes gourmandes pour vaincre la douleur