NOUVELLES

Le système de freins ne serait pas à l'origine du déraillement à New York

03/12/2013 06:28 EST | Actualisé 02/02/2014 05:12 EST
AFP

NEW YORK, États-Unis - Aucune anomalie n'a été trouvée par les enquêteurs dans le système de freinage du train de passagers qui a déraillé dimanche à New York, faisant quatre morts et plus de 60 blessés.

Le train de passagers Metro-North Railroad roulait à 130 km/h alors qu'il entrait dans une zone de 50 km/h, a également indiqué un représentant du bureau de la sécurité des transports des États-Unis (NTSB).

Le NTSB a rapporté que les enquêteurs n'ont trouvé aucune preuve de problème de freins durant les neuf arrêts précédant le déraillement, ni de problème avec la signalisation sur les rails. Earl Weener a affirmé qu'il n'y avait «aucune anomalie».

Le chef de train, William Rockefeller, a été blessé dans l'incident et est «complètement traumatisé par tout ce qui est arrivé», a fait savoir Anthony Bottalico, le directeur général du syndicat des employés du réseau ferroviaire. Il a indiqué que M. Rockefeller, qui est âgé de 46 ans, collaborait pleinement avec les autorités. Selon M. Bottalico, l'enquête du NTSB démontrera qu'il n'y avait «aucune intention criminelle dans le pilotage du train».

Cependant, le gouverneur de l'État, Andrew Cuomo, a déclaré que les parties responsables devraient être punies.

«C'est un tel écart par rapport à la limite. Cette vitesse est certainement injustifiable», a-t-il déclaré.

Les enquêteurs ont commencé à interroger le chef de train lundi, mais n'ont pas terminé la rencontre, la repoussant vraisemblablement à mercredi, a rapporté le porte-parole du NTSB Keith Holloway sans dire pourquoi. M. Bottalico a affirmé que c'était parce que M. Rockefeller n'avait pas dormi depuis près de 24 heures et qu'il était «très bouleversé».

Earl Weener a émis un scénario hypothétique suggérant que la pédale à gaz avait été lâchée et les freins actionnés trop tard pour éviter le déraillement. Le gaz a été lâché six secondes avant que le train ne soit complètement immobilisé, «très tard» pour un train roulant à cette vitesse, et les freins ont été pleinement actionnés cinq secondes avant son arrêt.

M. Weener a ajouté qu'il ne pouvait pas divulguer ce que M. Rockefeller leur avait dit et que les résultats des tests de dépistage d'alcool et de drogues n'étaient pas encore disponibles.

Les enquêteurs examinent également son téléphone mobile, les chefs de train étant autorisés à l'apporter dans le train, mais pas à l'utiliser pendant un déplacement.

L'accident est survenu deux ans avant la date limite imposée par le gouvernement américain à Metro-North et aux autres réseaux ferroviaires pour adopter une technologie permettant de ralentir automatiquement les trains et d'éviter ainsi les catastrophes.