NOUVELLES

PotashCorp supprime près de 600 emplois au Canada

03/12/2013 06:37 EST | Actualisé 02/02/2014 05:12 EST

Le producteur d'engrais Potash Corporation de Saskatchewan annonce une réduction de ses effectifs d'environ 18 %, soit un millier de personnes. Plusieurs centaines d'employés perdront leur emploi en Saskatchewan, au Nouveau-Brunswick, en Floride, ainsi qu'ailleurs aux États-Unis, et à Trinidad.

Le nombre de postes supprimés est le plus important en Saskatchewan avec 440 emplois perdus, soit 42 % du total des abolitions, selon la compagnie. L'une des deux mines de Lanigan sera fermée d'ici la fin de l'année et les activités de la mine de Cory seront réduites.

Les installations de Patience Lake et le siège social de Saskatoon seront aussi touchés par ces compressions.

PotashCorp soutient que le gouvernement de la Saskatchewan a été mis au courant de sa décision au cours des 24 dernières heures.

La province affirme que l'économie de la Saskatchewan est assez forte pour absorber les compressions annoncées.

Le premier ministre Brad Wall a indiqué par voie de communiqué, mardi matin, que la province viendra en aide aux personnes affectées par ces compressions en les incitant à explorer d'autres secteurs d'emploi.

Les revenus tirés de la potasse représentent 3,5 % du budget de la Saskatchewan.

La semaine dernière, lors de la mise à jour budgétaire de la province, le ministre des Finances Ken Krawetz a soutenu que le budget sera équilibré malgré la baisse projetée des revenus de la potasse.

Demande à la baisse

La demande en potasse et en phosphates, utilisés pour fabriquer des fertilisants est faible selon la minière.

« Il y a eu une détérioration dans nos trois branches d'activités, et pour rester compétitif au niveau mondial et en bonne santé financière, nous devons faire ces choix très difficiles aujourd'hui », a déclaré par communiqué le président-directeur général de PotashCorp, Bill Doyle.

PotashCorp explique qu'elle doit s'adapter à la croissance économique moins élevée que prévu dans les pays émergents, ce qui engendre une faible demande pour la potasse et les phosphates, qui sont utilisés pour faire de l'engrais. Dans ce contexte, l'entreprise cherche à réduire ses coûts de production.

La majorité des suppressions de postes sont en Saskatchewan ainsi qu'en Floride. Plus d'une centaine de travailleurs de Potash Corp perdront aussi leur emploi au Nouveau-Brunswick.

« Depuis 15 à 20 ans, c'est toujours un peu la même chose : on suit la tradition de faire des mises à pied dans le secteur de la potasse au mois de décembre, à la fin de l'année, malheureusement. On fait ça souvent pour en fait gérer l'offre, pour s'assurer que le prix de la potasse se maintienne à un prix profitable », souligne le professeur en sécurité et distribution alimentaire de l'Université de Guelph en Ontario, Sylvain Charlebois.

Bouleversements sur le marché de la potasse

PotashCorp doit se réajuster à cause des récents bouleversements survenus sur le marché de la potasse, avec notamment la fin du partenariat des producteurs russe Uralkali et bélarussien Belaruskali avec l'agence de mise en marché BPC, selon l'expert du Collège de management et études économiques de l'Université de Guelph.

« Ce qui est différent cette année, c'est évidemment ce qui s'est passé en Russie. Plus tôt cette année, un partenaire a décidé de quitter le cartel russe et évidemment ça ouvre la porte à une guerre de prix, et les prix sont en baisse, c'est pour ça que PotashCorp est forcée de faire des mises à pied aujourd'hui », analyse M. Charlebois.

Ce dernier pense que les producteurs de potasse auraient avantage à développer de nouveaux produits.

« On voit une industrie de la potasse dans l'Ouest canadien qui se réajuste par rapport à ce qui se passe de l'autre côté de l'Atlantique (...) On va devoir se poser de sérieuses questions sur l'avenir de l'industrie. (...) La Chine est un marché qui a besoin de potasse, mais si le prix est trop élevé, elle n'achètera pas ».

PotashCorp est le plus important producteur de potasse au pays.

PLUS:rc