NOUVELLES

Les experts français concluent à une mort naturelle pour Yasser Arafat

03/12/2013 04:24 EST | Actualisé 01/02/2014 05:12 EST

La veuve de l'ex-président de l'Autorité palestinienne Yasser Arafat a déclaré mardi que le rapport français sur la mort de son mari conclut qu'il n'a pas été empoisonné.

Souha Arafat a indiqué que les experts français n'avaient découvert aucun signe d'empoisonnement au polonium, contrairement aux enquêteurs suisses. 

Mme Arafat s'est dite « bouleversée » par les contradictions entre experts suisses et français sur les causes de sa mort. « Combien je suis bouleversée par ces contradictions [...] Que faut-il penser? », a déclaré Souha Arafat qui a ajouté n'accuser personne. Son avocat Saad Djebbar a déclaré qu'une contre-expertise serait menée.

Une source qui a eu connaissance des conclusions de l'enquête menée en France a affirmé que « la mort n'est pas due a une intoxication ».

Comme les experts suisses, les Français évoquent des niveaux élevés de polonium 210, mais avancent la présence de radon dans la tombe de Yasser Arafat pour expliquer le phénomène.

« Les mesures de polonium 210 et des autres substances radioactives réalisées sur les prélèvements biologiques effectués sur le corps sont compatibles avec une origine
environnementale naturelle et n'apportent pas d'éléments en faveur de l'incorporation aiguë d'une activité de polonium 210 ou autre substance radioactive susceptible d'entraîner une évolution fatale », dit le rapport en conclusion.

Retour sur la mort d'Arafat

Yasser Arafat est mort après une courte et mystérieuse maladie le 11 novembre 2004 dans un hôpital militaire français où il avait été transféré depuis Ramallah avec l'accord d'Israël.

À la demande de sa veuve, aucune autopsie n'a été faite. Les médecins français n'ont pas été capables de déterminer la cause du décès.

Le corps de Yasser Arafat a été exhumé en novembre dernier et une vingtaine de prélèvements ont été confiés à des experts français, suisses et russes. La Russie, en octobre, avait pour sa part fait état d'une insuffisance de preuves à l'appui de la piste de l'empoisonnement.

Les Palestiniens soupçonnent Israël d'avoir empoisonné leur leader, ce que nie l'État hébreu.

Le responsable de l'enquête palestinienne, Taoufik Tiraoui, a pour sa part annoncé mardi qu'il donnerait sous peu l'identité des responsables présumés du décès de Yasser Arafat.

« Je promets que la prochaine conférence de presse sera la dernière et mettra dans la lumière tous ceux qui ont organisé, participé ou comploté dans cette affaire », a dit Taoufik Tiraoui à la télévision palestinienne. « Nous sommes dans les derniers instants de l'enquête », a-t-il ajouté.

PLUS:rc