NOUVELLES

La cour autorise la faillite de Détroit

03/12/2013 12:25 EST | Actualisé 02/02/2014 05:12 EST

Le juge Steven Rhodes de la Cour fédérale a tranché sur le sort de Détroit mardi, autorisant l'administration municipale à déclarer faillite. Il s'agit de la plus grosse faillite de toute l'histoire municipale des États-Unis. La ville de Détroit a accumulé 18 milliards de dollars de dettes.

Le juge a décrété que cette solution s'imposait, faute de quoi la Ville poursuivrait sur la fâcheuse lancée qui l'a menée à cette faillite.

La déclaration de faillite avait été faite par l'administration de Détroit en juillet dernier, mais la Cour fédérale devait donner le feu vert pour qu'elle entre en vigueur.

Le magistrat a spécifié qu'il autorisait Détroit à faire faillite même s'il estime que la Ville « n'a pas négocié de bonne foi avec ses créanciers ». Dans son jugement, il a expliqué que la Ville avait tellement de créanciers qu'il aurait été impossible pour elle d'entreprendre des négociations avec ces derniers.

Cette décision du juge Rhodes ouvre la voie à l'élaboration d'un plan de réajustement financier pour Détroit, qui dispose de trois mois pour déposer ledit plan.

Les syndicats de la Ville de Détroit, de même que les retraités de l'administration municipale et les gestionnaires des fonds de pensions avaient tous manifesté leur désaccord à la perspective que Détroit déclare faillite, lors d'audiences tenues à la fin du mois d'octobre. D'ores et déjà, mardi, la fédération des syndicats des employés municipaux, de comté et de l'État a porté en appel le jugement de la cour fédérale.

Depuis 1950, la situation de la Ville de Détroit s'est tellement détériorée que l'administration municipale a assisté à l'exode d'un million de ses habitants.

L'histoire de Détroit en quelques dates

PLUS:rc