NOUVELLES

Corée du Nord : les États-Unis demandent la libération de deux Américains

30/11/2013 06:13 EST | Actualisé 30/01/2014 05:12 EST

Le gouvernement américain, inquiet du sort des deux Américains détenus en Corée du Nord, a exigé samedi leur libération immédiate.

Merill Newman, 85 ans, est emprisonné au pays depuis le mois d'octobre dernier, alors que Kenneth Bae est détenu depuis plus d'un an. Caitlin Hayden, porte-parole du Conseil à la sécurité nationale (NSC), a déclaré que le cas de M. Newman était particulièrement inquiétant, en raison de son âge et de son état de santé vacillant. Selon la famille de l'homme, un vétéran de la guerre de Corée aurait des problèmes cardiaques et il devrait être traité pour cette condition de santé.

De son côté, Kenneth Bae, un Américain d'origine coréenne, a été arrêté en novembre 2012 et condamné en mai dernier à 15 ans de travail forcé puisqu'il aurait tenté de « renverser » le régime.

Lettre d'excuses

Samedi matin, l'organe de presse officiel du gouvernement nord-coréen rapportait que M. Newman aurait livré ses excuses pour les « crimes » qu'il aurait commis en tant que soldat américain durant la guerre de Corée, de 1950 à 1953. L'agence de presse a affirmé qu'il se serait aussi excusé pour avoir tenté d'espionner le gouvernement nord-coréen lors de son voyage en octobre dernier. Les autorités soutiennent qu'il aurait essayé de nuire au régime nord-coréen.

L'Américain avait fait un séjour organisé de 10 jours et il se serait fait interpeller juste avant de quitter la capitale, Pyongyang. Selon sa femme, qui s'est confiée à CNN, il avait effectué ce périple afin de mettre derrière lui une partie importante de sa vie.

Les autorités nord-coréennes ont en outre diffusé une vidéo sur laquelle M. Newman lit ses excuses. Cette déclaration daterait du 9 novembre, selon CNN. La Corée du Nord a déjà été accusée d'avoir contraint certains de ses prisonniers à écrire certaines déclarations. Selon l'Associated Press, la lettre était truffée d'erreurs grammaticales.

L'organe de presse gouvernemental nord-coréen n'a pas indiqué ce qui attend M. Newman, qu'elle décrit comme un « criminel ». 

PLUS:rc