NOUVELLES

Le maire de Montréal assiste pour la première fois au plus vieux festival gai au Canada

29/11/2013 05:28 EST | Actualisé 29/01/2014 05:12 EST

La 26e présentation du festival Image+Nation a été lancée, jeudi soir, avec en toile de fond les nombreuses controverses entourant les droits de la communauté gaie, lesbienne, bisexuelle et transgenre (LGBT) dans le monde.

Pour la première fois dans l'histoire de ce festival de cinéma LGBT, un maire de Montréal a assisté à la soirée d'ouverture. La présence de Denis Coderre a réjoui les organisateurs, qui interprètent sa visite comme une reconnaissance accordée au plus vieux festival gai du Canada.

La programmation  d'Image+Nation cette année est profondément teintée par les difficultés que plusieurs membres de la communauté gaie ont rencontrées au cours des derniers mois, a fait savoir Charlie Boudreau, directrice du festival.

« Les violences entourant l'adoption du mariage pour tous en France, la mise en place d'une loi contre la propagande homosexuelle en Russie ou les autres gestes de violence rapportés dans plusieurs pays du globe illustrent le travail qu'il reste à faire en matière de respect des droits de la communauté gaie », insiste l'organisatrice du festival.

Plusieurs films présentés cette année sont d'ailleurs le fruit du travail de réalisateurs d'Europe de l'Est. Le film d'ouverture, In the name of, vient de Pologne et présente l'amour d'un prêtre envers un autre homme. Mme Boudreau affirme que l'oeuvre témoigne des défis de l'acceptation sociale pour la communauté LGBT de cette région du monde.

Deux documentaires s'intéressent aussi à la réalité des homosexuels musulmans. Les films I am gay and muslim et Hide and seek se penchent sur la vie des gais au Maroc et au Pakistan. « Deux pays qui partagent une même religion, mais une culture différente », souligne Charlie Boudreau.

PLUS:rc