NOUVELLES

Commotion cérébrale : l'Académie Saint-Louis fait de la santé de ses joueurs une priorité

29/11/2013 12:17 EST | Actualisé 29/01/2014 05:12 EST

Certaines écoles de la région de Québec prennent les grands moyens pour s'assurer que les jeunes hockeyeurs qui reviennent au jeu après une commotion cérébrale soient en pleine forme. C'est le cas à l'Académie Saint-Louis, qui fait passer à ses joueurs un test d'impact.

« C'est un test neurocognitif. Donc, ça consiste en six minitests qui évaluent différentes fonctions cognitives comme la mémoire, la vitesse de réaction », explique Charlotte Vallières-Villeneuve, physiothérapeute à la clinique Physiothérapie et médecine du sport PCN et intervenante auprès du Rouge et Or.

En début de saison, l'Académie Saint-Louis a fait passer un premier test à 115 de ses joueurs. Ces derniers ont eu un résultat appelé le niveau de base, c'est-à-dire un résultat obtenu au moment où les fonctions cognitives sont intactes.

Si un jeune joueur subit une commotion cérébrale pendant la saison, il doit passer obligatoirement un second examen appelé test d'impact.

« Quand on pense que la personne est prête à retourner au jeu et puis que, selon nous, il n'y a aucune chance de séquelle, on lui fait repasser le test pour s'assurer que la personne est vraiment prête à retourner au jeu et qu'elle est revenue à son niveau de base », dit Charlotte Vallières-Villeneuve.

La procédure mise en place à l'Académie Saint-Louis rassure grandement les joueurs et le personnel de l'établissement. C'est le cas de l'entraîneur Dany Faucher, qui a perdu quatre joueurs en huit matchs cette saison en raison de commotions cérébrales.

Il se réjouit de voir qu'un suivi rigoureux est assuré à l'Académie Saint-Louis afin de garantir de la bonne santé des jeunes qui reviennent au jeu.

« Chaque rendez-vous que mes physios ont avec mes joueurs, ils m'envoient un courriel me disant textuellement ce qui se passe. Donc, le petit joueur ne pas venir me voir et me dire : "Oui, le physio m'a dit que c'était correct, je peux y retourner". Non, non, non : j'ai le compte-rendu écrit », affirme Dany Faucher.

De son côté, Christian Alain, responsable du programme hockey à l'Académie Saint-Louis, tient à rappeler que l'établissement a à coeur la santé de ses jeunes joueurs. « On veut rassurer les parents, mais aussi les jeunes qu'en venant à l'Académie Saint-Louis, dans le programme hockey [...], la santé du jeune sera une priorité. »

Outre les joueurs de l'Académie Saint-Louis, des athlètes du Rouge et Or et des hockeyeurs du Séminaire Saint-François ont passé un test d'impact cette année.

PLUS:rc