NOUVELLES

Nucléaire iranien : les inspecteurs de l'AIEA invités à la centrale d'Arak 

28/11/2013 07:53 EST | Actualisé 28/01/2014 05:12 EST

L'Iran a invité des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à se rendre le 8 décembre sur le chantier du réacteur à eau lourde d'Arak, a annoncé jeudi le directeur de l'AIEA, Yukiya Amano.

Cette visite est la première conséquence concrète d'un accord conclu le 11 novembre entre l'AIEA et la République islamique. L'agence ne s'est plus rendue sur ce site depuis deux ans, en dépit de demandes répétées.

L'AIEA est parallèlement chargée de veiller à l'application de l'accord intérimaire conclu dimanche dernier à Genève entre l'Iran et les grandes puissances du groupe P5+1, qui prévoit notamment la suspension des activités sur le site d'Arak.

L'accord demande également le gel de l'enrichissement de l'uranium à plus de 5 % en échange d'un allègement des sanctions en vigueur contre Téhéran.

L'Iran affirme que le réacteur à eau lourde d'Arak est uniquement destiné à obtenir des isotopes à usage médical, mais les pays occidentaux pensent qu'il peut aussi servir à obtenir du plutonium utilisable pour fabriquer une arme nucléaire.

Téhéran dément vouloir se doter de la bombe atomique, comme le soupçonnent les Occidentaux.

Yukiya Amano a déclaré que l'AIEA étudiait en détail l'accord de Genève afin de le « mettre en pratique ».

« Cela aura des implications en termes de financement et de personnel », a déclaré le directeur général de l'AIEA. « Cette analyse prendra un certain temps. Je consulterai le conseil (des gouverneurs) dès que possible une fois que ce sera achevé. »

Reuters

PLUS:rc