POLITIQUE

La firme Dessau retirée de la liste noire des contrats publics au Québec

28/11/2013 02:59 EST | Actualisé 28/01/2014 05:12 EST
PC

MONTRÉAL - Il est «certain» que le départ des frères Sauriol a contribué à la réhabilitation de Dessau, qui a retrouvé jeudi le droit de participer aux appels d'offres du gouvernement du Québec, a affirmé Isabelle Jodoin, vice-présidente principale et chef de l’exploitation.

La firme de génie-conseil a passé les derniers mois à revoir ses pratiques déontologiques après avoir été mise à l'index, en juin 2013, en vertu d'une décision défavorable de l'Autorité des marchés financiers (AMF), sur recommandation de l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

Pour blanchir sa réputation, Dessau a commencé par faire un ménage dans sa haute direction, a indiqué Mme Jodoin.

La purge a débuté le 25 mars avec le départ de Rosaire Sauriol, qui occupait le poste de vice-président chez Dessau pour l'Amérique latine, puis s'est poursuivie avec celui du président et chef de la direction, Jean-Pierre Sauriol, le 12 juin.

Lors de son passage devant la Commission Charbonneau, Rosaire Sauriol avait exposé les pratiques de collusion et de fausse facturation de Dessau destinées à financer illégalement des partis politiques.

Il y a ensuite eu des «séparations» entre «une dizaine» d'employés de la vieille garde et l'entreprise grâce à des informations obtenues par l'entremise d'une ligne de dénonciation, a affirmé Isabelle Jodoin.

«Il fallait que les acteurs de l'époque qui ont posé ces gestes-là quittent l'entreprise. Il n'y a aucun doute», a-t-elle fait valoir jeudi en entrevue téléphonique.

Entre 300 et 350 des quelque 1500 employés de la division québécoise d'ingénierie ont été mis à pied — la plupart de façon temporaire — en raison des déboires de l'entreprise.

La mise au ban de Dessau était en effet de mauvais augure pour son avenir: pas moins de 75 pour cent du chiffre d'affaires de la firme de génie-conseil repose sur des contrats publics.

Mme Jodoin n'est pas encore en mesure de confirmer si des réembauches se profilent à l'horizon: il faudra, a-t-elle souligné, évaluer la situation en fonction de la vigueur du marché et des contrats que Dessau remportera au cours des prochains mois.

Si l'entreprise estime avoir enfin tourné une page sombre de son histoire, il n'en demeure pas moins que sa crédibilité n'est pas tout à fait rétablie aux yeux de la population.

«Je pense qu'il y a un gros travail qui doit continuer à être fait. On a franchi une belle étape; je pense que l'autorisation de l'AMF, c'est quelque chose d'important», a exposé Mme Jodoin.

«Mais ce n'est pas parce que l'AMF le reconnaît et nous donne aujourd'hui le droit de soumissionner qu'au niveau du grand public, tout est réglé, a-t-elle poursuivi. L'image, au niveau du grand public, c'est un travail de longue haleine.»

L'une des filiales de Dessau, la firme Verreault construction, avait également été inscrite au Registre des entreprises non admissibles aux contrats publics (RENA) en juin 2013. Elle a été retirée de la liste noire il y a quelques jours.

Les deux entreprises auraient pu se voir privées de contrats publics jusqu'en juin 2018.

Elles se sont toutefois prévalues d'une disposition de la loi selon laquelle les firmes suspendues peuvent demander une révision dans les 90 jours suivant leur inscription.

Québec a adopté en décembre dernier la Loi 1 sur l'intégrité en matière de contrats publics, ce qui a mené à la création du RENA.

En vertu de la mesure législative, toute entreprise qui souhaite conclure un contrat public doit obtenir de l'AMF une autorisation à cet effet.

L'AMF a le pouvoir de refuser d'accorder l'autorisation si elle considère «que la confiance du public est affectée en raison du manque d'intégrité de l’entreprise, d'un de ses associés, d'un de ses administrateurs ou d'un de ses dirigeants».

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref