POLITIQUE

Philippe Schnobb à la tête de la STM

26/11/2013 05:34 EST | Actualisé 26/01/2014 05:12 EST
Agence QMI

La nomination de Philippe Schnobb à la présidence du conseil d'administration de la Société de transport de Montréal (STM) a été entérinée par le conseil municipal, mardi soir.

Trente et un conseillers ont appuyé le choix du maire Denis Coderre, tandis que 24 autres s'y sont opposés.

La nomination de Marvin Rotrand, conseiller de Ville de l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, à la vice-présidence du conseil de la STM a aussi été confirmée.

M. Schnobb a été défait dans le district de Saint-Jacques de l'arrondissement de Ville-Marie lors des élections municipales du 3 novembre dernier. Il se présentait contre le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron - représenté par sa colistière Janine Krieber, dont l'élection a été confirmée par un dépouillement judiciaire.

L'ancien journaliste de Radio-Canada a défendu les propositions de l'Équipe Denis Coderre en matière de transport tout au long de la campagne électorale. Philippe Schnobb « s'est toujours intéressé aux questions urbaines. C'est quelqu'un d'extrêmement rigoureux », a déclaré Denis Coderre.

Richard Bergeron avait réagi dès l'après-midi à la nomination de Philippe Schnobb. « Je trouve ça désolant, je suis inquiet pour l'avenir », a-t-il déclaré, ajoutant que le maire avait choisi deux « personnes faibles » pour le dossier du transport, l'autre étant le nouveau responsable de ce dossier au comité exécutif, Aref Salem.

Le chef de Projet Montréal a également rappelé le leadership de Michel Labrecque, président sortant du conseil d'administration de la STM.

Projet Montréal a voté contre la nomination de Philippe Schnobb. Loin d'être un spécialiste des transports, M. Schnobb n'a pas les compétences requises pour occuper ce poste, a-t-on dit au sein de la formation politique de Richard Bergeron.

Avec des informations de François Cormier et Benoît Chapdelaine