NOUVELLES

L'Ukraine attend de meilleures conditions pour signer l'accord avec l'UE

26/11/2013 06:18 EST | Actualisé 26/01/2014 05:12 EST

Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch est intervenu mardi en personne pour dire que son pays attendra de meilleures conditions avant de signer l'accord d'association avec l'Union européenne.

Dans une interview à des chaînes de télévision ukrainiennes, M. Ianoukovitch a précisé qu'il s'agissait d'une « question de principe » pour défendre le refus de Kiev de signer un accord d'association avec l'Europe, en négociation depuis des années.

Il n'a pas livré plus de détails, mais les explications sont venues de son premier ministre Mykola Azarov, qui a reconnu pour la première fois que la Russie avait réussi à dissuader Kiev de signer cet accord.

Depuis l'Italie où il effectue une visite, le président russe Vladimir Poutine n'a pas manqué de commenter l'affaire. Il a estimé qu'un accord entre l'ancienne république soviétique et l'UE aurait été une « trahison majeure » envers l'économie russe.

Le premier ministre ukrainien a par ailleurs signifié que son pays ne veut pas devenir « un champ de bataille » entre l'Union européenne et la Russie. Il a ajouté que son président assistera au sommet de Vilnius en Lituanie, jeudi et vendredi, pour expliquer le refus de Kiev de se rapprocher de l'UE au profit d'une relance des relations avec Moscou.

Le gouvernement ukrainien a provoqué la surprise jeudi en suspendant les négociations pour un accord d'association politique et de libre-échange avec l'UE.

Cette décision a été très mal accueillie par les partisans du libre-échange avec l'Europe.

L'ex-première ministre emprisonnée Ioulia Timochenko, figure importante de l'opposition ukrainienne, a annoncé qu'elle avait entamé une grève de la faim pour exiger que l'accord d'association soit signé.

Kiev, la capitale ukrainienne, a encore été mardi le théâtre de nouvelles manifestations contre la décision du gouvernement de tourner le dos à l'Europe. Des milliers d'étudiants se sont joints aux manifestants sur deux places centrales de la ville, où ils ont demandé au président Ianoukovitch de changer d'idée.

PLUS:rc