NOUVELLES

Commission Charbonneau: nouveau témoignage sur le projet TIPI

26/11/2013 09:04 EST | Actualisé 26/01/2014 05:12 EST
CEIC

La commission Charbonneau entend Richard Gagnon, ancien directeur au sein des caisses populaires Desjardins, sur le projet TIPI.

Un texte de François Messier

Notre blogue en direct

L'ex-directeur des investissements de la SOLIM Guy Thériault est déjà venu parler à la commission de ce projet, dans le cadre duquel cet organisme - bras immobilier du Fonds de solidarité FTQ - et le promoteur Laurent Gaudreau prévoyaient investir conjointement dans la construction d'une salle de spectacles au pied des chutes Montmorency.

Il a notamment révélé que l'ex-PDG de la SOLIM, Guy Gionet, a agi de façon « bizarre » dans ce dossier, qui a finalement avorté.

L'émission Enquête a déjà révélé que le projet avait échoué après que Denis Vincent, que plusieurs témoins ont décrit comme proche de l'ex-président de la FTQ-Construction, Jean Lavallée, eut exigé 250 000 $ de M. Gaudreau vers 2007.

Denis Vincent, qui est considéré comme proche des Hells Angels par les policiers, était impliqué avec Laurent Gaudreau dans ce projet depuis 2004, mais son rôle s'est clairement accru au fil du temps.

M. Gaudreau a entrepris une poursuite contre la FTQ et le Fonds de solidarité FTQ en 2011 relativement à cette affaire. Il a allégué que Denis Vincent exerçait un pouvoir « occulte » auprès de la direction du Fonds et qu'il avait dû lui céder une partie de ses actions pour que la SOLIM maintienne son soutien financier dans le projet.

Un autre témoin a également été entendu au sujet du projet TIPI le 14 novembre, mais son nom et le contenu de son témoignage sont toujours frappés d'une ordonnance de non-publication.

Le témoignage de M. Gagnon ne durera qu'une partie de l'après-midi.

Quel sort pour le témoignage de Louis-Pierre Lafortune?

La commission cessera ensuite de diffuser ses travaux pour poursuivre le débat sur les requêtes au sujet du témoignage annoncé de Louis-Pierre Lafortune, un homme d'affaires qui fait déjà face à une kyrielle d'accusations, dont gangstérisme, dans la foulée de l'opération Diligence.

Ces requêtes ont commencé à être débattues ce matin, mais les plaidoiries à ce sujet ne sont pas encore terminées.

L'avocat de Louis-Pierre Lafortune a déposé une requête en cassation d'assignation à comparaître pour empêcher purement et simplement sa comparution. Anticipant la possibilité que cette première requête soit rejetée, Me Boivin en a déposé une seconde pour demander que le témoignage de son client se déroule à huis clos.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a aussi déposé une requête en ordonnance de non-publication au sujet de ce témoignage, afin de protéger l'équité procédurale du procès de M. Lafortune, qui devrait se dérouler au cours des prochains mois, devant juge et jury.

De nombreuses requêtes du genre ont été déposées depuis le début des travaux, et la commission s'y montre généralement sensible.

Le nom de l'ex-vice-président des Grues Guay (2005-2009) est ressorti à plusieurs reprises durant les audiences lors des témoignages de l'ex-syndicaliste Ken Pereira et de l'ex-directeur général de la construction Jocelyn Dupuis (1997-2008).

Lorsque ces requêtes auront fini d'être plaidées, la commission appelera à la barre des témoins un de ses enquêteurs, Michel Comeau. Ce dernier viendra présenter de nouvelles écoutes électroniques.

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref