Les comités de jeunes philanthropes foisonnent depuis quelques années à Montréal. Pas moins de dix institutions culturelles (dont les Grands Ballets canadiens et le Théâtre du Rideau Vert) se sont dotées de ces comités composés de jeunes professionnels. Leur objectif est double : recueillir des fonds et intéresser les jeunes à leur domaine artistique.

Le Musée d’art contemporain de Montréal (MAC) a été l’un des premiers à lancer l’initiative avec les Printemps du MAC en 2006. Fondé par l’ex-candidate à la mairie de Montréal Mélanie Joly, l'événement visait à sensibiliser les jeunes à l’art contemporain et les inciter à fréquenter davantage le musée.

Ces événements destinés aux jeunes professionnels allient souvent philanthropie et soirées glamour. Par exemple, lors du troisième D-Vernissage de l’année au MBAM, les convives ont pu admirer les œuvres de l’exposition « Pérou : royaumes du soleil et de la lune », avant de faire la fête sous la grande verrière de l'institution. Au menu: provoleta, ceviche de corvina, gaspacho, macarons et champagne.

« Par moments, on a besoin d’inspiration pour reprendre de l’énergie, je crois que l’art permet de voir les choses différemment. La contribution que l’art apporte dans une vie, c’est inquantifiable! », confiait alors le président du Cercle des jeunes philanthropes du MBAM, Marc-Antoine Saumier, en prenant une bouchée. Le jeune trentenaire est aussi directeur de comptes chez Domtar.

Question de survie

Le Cercle de jeunes philanthropes (CJP) a été créé en 2012 par le MBAM pour assurer une relève philanthropique chez les professionnels âgés de 25 à 45 ans. « C’est important de planifier l’avenir, d’avoir une clientèle de mécènes et philanthropes qui succéderont à notre clientèle actuelle », indique Danielle Champagne, directrice de la Fondation du MBAM. Pour devenir un jeune philanthrope, un membre verse une cotisation de 250 $ par an.

Institution privée, le MBAM doit financer son budget de fonctionnement à hauteur de 45 % et ses activités d’acquisitions d’œuvres à 96 %. Pour Danielle Champagne, la philanthropie est bien plus qu’une stratégie. « C’est avant tout une question de survie. Sinon on n’existerait pas. »

Le MBAM compte sur le mécénat depuis sa création en 1860. Les collections se sont même bâties grâce à la philanthropie. Par exemple, le don de la collection des maîtres anciens de Michal et Renata Horstein entraînera la création d'un cinquième pavillon en 2017.

Pour John R. Porter, ex-directeur du Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ) et aujourd’hui directeur de la Fondation du MNBAQ, la philanthropie est affaire de conviction. Pour les jeunes comme les moins jeunes, c’est une question de plaisir d’être ensemble, de donner et de prendre part à un projet collectif qui dépasse les individus. Et ultimement, de jouer un rôle déterminant. « Parce le philanthrope ne voudra pas simplement jouer un rôle de suppléant par rapport à l’État. Il va vouloir faire quelque chose de singulier pour l’institution », indique John R. Porter.

Changement de valeurs

La chargée de projet arts-affaires du Conseil des arts de Montréal (CAM), Natalie Chapdelaine, observe, à travers les comités de jeunes philanthropes, l’émergence de leaders plus impliqués dans leur communauté. Un investissement en temps qui s’ajoute à leurs activités privées et professionnelles. « Ils ont une conscience sociale plus élevée que celle des baby-boomers et cela se répercute à différents niveaux selon les intérêts personnels de chacun, croit-elle. L’environnement ou la santé pour certains, la culture pour d’autres.»

Au MBAM, Marc-Antoine Saumier, président du Cercle des jeunes philanthropes, espère développer le mouvement. « Chaque personne a sa conception de la philanthropie, dit-il. Certains vont s’impliquer dans les comités, d’autres vont venir au musée, puis parler de ce qu’ils ont vu dans leur réseau. Toutes ces initiatives permettent au musée d’aller chercher une relève. Les activités du CJP en sont encore à leurs balbutiements. C’est le moment d’amener de nouvelles idées, confie-t-il. Si d’autres organisations veulent créer des liens avec le Cercle, on est preneur. »

À voir aussi:

Loading Slideshow...
  • 1 toilettes () Musée des toilettes

    <strong>New Dehli, Inde</strong> C’est Sulabh international, une ONG qui s’intéresse aux questions sanitaires en Inde, qui a mis sur pied ce musée de la toilette il y a bientôt 20 ans. Le mandat est très sérieux: éduquer les visiteurs sur l’importance des toilettes dans nos vies. Encore aujourd’hui, des millions de Terriens n’ont pas accès à des appareils sanitaires. <a href="http://sulabhtoiletmuseum.org" target="_hplink">sulabhtoiletmuseum.org</a>

  • Musée de la torture médiévale

    <strong>Amsterdam, Pays-Bas</strong> Les trônes présentés dans ce musée néerlandais semblent nettement moins confortables que ceux exposés au musée des toilettes. Ici, on retrouve une centaine d’outils de torture utilisés au Moyen-Âge. Âmes sensibles s’abstenir. <a href="http://tortureamsterdam.com" target="_hplink">tortureamsterdam.com</a>

  • Musée du collier à chiens

    <strong>Maidstone, Royaume-Uni</strong> Qui aurait cru que les bijoux de toutou avaient leur place au musée? Cet établissement, qui occupe une pièce du luxueux château de Leeds dans le comté de Kent, présente une centaine de pièces datant des cinq derniers siècles. <a href="http://leeds-castle.com" target="_hplink">leeds-castle.com</a>

  • Musée de l’art mauvais

    <strong>Dedham, États-Unis</strong> Au musée de l’art mauvais (Museum of Bad Art ou MOBA, en anglais), les artistes ratés ont enfin la chance d’être exposés! Sur les murs du musée situé près de Boston, les mauvais portraits et les paysages criards se côtoient et font sourire les visiteurs. Le musée accepte les dons des (très humbles) artistes. <a href="http://museumofbadart.org" target="_hplink">museumofbadart.org</a>

  • Musée du ramen

    <strong>Yokohama, Japon</strong> Au Japon, on voue un véritable culte aux nouilles ramen. Normal donc, que ce plat ait droit à son propre musée, à Yokohama, à environ 30 kilomètres de Tokyo. On y admire la réplique grandeur nature du quartier tokyoïte de Shitamachi (photo) dans les années 1950, période où le ramen a gagné en popularité, mais on s’y rend surtout pour ses neuf restaurants qui proposent des versions de différentes régions du pays. <a href="http://raumen.co.jp" target="_hplink">raumen.co.jp</a>

  • Musée du phallus

    <strong>Húsavík, Islande</strong> À Húsavík, le pénis est à l’honneur. L’établissement de la commune islandaise est le seul musée du phallus au monde. On y trouve plus de 200 appareils génitaux mâles couvrant une bonne partie des mammifères terrestres et marins, incluant d’impressionnants spécimens de baleines. <a href="http://phallus.is" target="_hplink">phallus.is</a>

  • Musée de la tondeuse

    <strong>Southport, Royaume-Uni</strong> L’homme n’a pas toujours voulu avoir une pelouse parfaite, mais la tondeuse est quand même vieille de deux siècles. Au musée de la tondeuse, on retrouve même des plans qui remontent à 1799. On y présente aussi 250 modèles de différentes époques, dont une ayant appartenu au prince Charles! <a href="http://lawnmowerworld.co.uk" target="_hplink">lawnmowerworld.co.uk</a>

  • Musée de la salière et de la poivrière<

    <strong>Gatlinburg, États-Unis</strong> C’est un couple d'Américains ayant amassé des salières et des poivrières sur une période de 25 ans qui a décidé, ne sachant plus quoi faire de tous leurs bibelots inséparables, de fonder un musée pour les exposer. Aujourd’hui, la collection de l’établissement compte quelque 20 000 pièces! <a href="http://thesaltandpeppershakermuseum.com" target="_hplink">thesaltandpeppershakermuseum.com</a>

  • Musée des relations brisées

    <strong>Zagreb, Croatie</strong> Voilà un concept des plus originaux. Le musée des relations brisées expose des objets que des personnes en peine d’amour ont offerts, comme cette hache qui a servi à détruire tout le mobilier d’une ancienne flamme. La recette est gagnante: le musée a reçu des distinctions pour ses expositions. <a href="http://brokenships.com" target="_hplink">brokenships.com</a>

  • Musée de la frite

    <strong>Bruges, Belgique</strong> Quel autre pays que la Belgique pourrait avoir un musée de la frite? Au Frietmuseum, on présente l’histoire de la pomme de terre – qui remonte à plus de 10 000 ans – et les origines de la spécialité du pays de Jacques Brel. Une visite n’est bien sûr pas complète sans y déguster un cornet de frites. Mayo ou ketchup? <a href="http://frietmuseum.be" target="_hplink">frietmuseum.be</a>


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.